Les français ont perdu 20 m² de pouvoir d’achat immobilier en 20 ans !

//
assurance vie maison

En sollicitant un prêt sur 20 ans, les Français peuvent désormais acheter en moyenne 80 mètres carrés, ce chiffre a diminué par rapport à la fin des années 1990.

Moins bien qu’en 1999 mais mieux qu’en 2008

Bien que les taux de prêt soient bas, ils ne compensent pas la hausse fulgurante des prix de ces dernières années. Selon une étude récente des notaires de France, les acheteurs au 21e siècle ne peuvent plus s’offrir des maisons ou appartements aussi grands qu’autrefois.

La chute du pouvoir d’achat immobilier est impressionnante. En seulement deux décennies, le pouvoir d’achat de l’immobilier français a chuté de 19 mètres carrés !

Selon une étude des notaires français, la flambée des prix de la pierre est loin d’être compensée par les taux des crédits immobiliers. Cette tendance ne devrait pas vraiment s’inverser en 2023.

En 1999, les Français pouvaient s’offrir 99 m² avec un crédit sur une durée de 20 ans, sans apport personnel, au taux d’assurance fixe de 0,36%.

Mais ce pouvoir d’achat immobilier est tombé au plus bas à 58 m² en 2008 car les taux avoisinnaient les 4,85%, rappelle Les Echos-Investir.

« À partir de la fin des années 1990, les prix des logements anciens ont augmenté de façon ininterrompue jusqu’au début de 2008. Début 2007, ils avaient été multipliés par deux par rapport à leur niveau de 2000 ! », expliquait l’Insee dans une note de 2010.

En réalité, les coûts d’emprunt étaient beaucoup plus élevés en 2008 qu’ils ne le sont aujourd’hui. Le taux moyen sur 20 ans était alors de 4,85 % et il franchissait régulièrement la barre des 5 %.

Après avoir baissé, le pouvoir d’achat moyen de l’immobilier a augmenté entre 2008 et 2019 en raison de la baisse des taux d’intérêt. Il était de 86 m² en 2019.

Mais depuis lors, il a chuté rapidement jusqu’à 80 mètres carrés au troisième trimestre 2022. Les Français ont ainsi perdu 19 m² en 23 ans, mais restent majoritairement gagnants par rapport à 2008 (+22 m²).

« Le pouvoir d’achat a beaucoup diminué depuis 1999, mais il a considérablement augmenté par rapport à 2008 », remarque Thierry Delesalle, porte-parole des Notaires de France, à l’occasion d’une conférence de presse ce 15 décembre.

Autrement dit, pour l’achat d’un bien de 80 mètres carrés, une famille devait rembourser 700 € par mois en 1999, 1 350 € en 2008, 850 € en 2020 et 950 € en 2022 en raison des effets combinés des fluctuations des taux d’intérêt et de l’évolution des prix ainsi que du cours de l’euro.

Une tendance similaire en 2023 ?

Si on zoome sur les villes, les emprunteurs perdent 5 m² entre 2022 et 2021 au Havre et Marseille (mais gagnent 23 m² sur dix ans), 6 m² à Orléans, Rennes et Nice perdent 3 mètres carrés.

A Saint-Étienne, les emprunteurs ont perdu 11 mètres carrés de pouvoir d’achat immobilier en moins cette année par rapport à 2021, mais ils ont gagné 23 mètres carrés par rapport à 2012.

En résumé, le pouvoir d’achat a certes baissé au cours des 20 dernières années, mais la situation est aujourd’hui meilleure qu’elle ne l’était à la fin des années 2000 et au début des années 2010.

Le pouvoir d’achat immobilier a diminué depuis plus d’un an, mais a augmenté de façon spectaculaire au cours des dix dernières années.

Pour 2023, les notaires s’attendent à un marché plus homogène et plus lent après deux années extraordinaires. Si l’envie est toujours là, si les taux d’intérêt, tout en remontant, restent inférieurs au taux d’inflation, il se posera la question du taux d’usure, qui a freiné certains projets d’acquisition des français.

Précédent

Comment fonctionne le rachat de crédits ?

Suivant

Sam Bankman-Fried remis en liberté aux Etats-Unis

Derniers articles de Immobilier