Le patron de FTX dispose encore de ressources pour tenter de stabiliser le marché crypto

//
plateforme ftx

Le marché des crypto-monnaies étant en train de sombrer, certains ont parfaitement compris que devenir vendeurs de bouées pourrait être bénéfique à l’avenir. Alors plus que jamais, Sam Bankman-Fried, patron emblématique de la plateforme de trading FTX et du fonds d’investissement Alameda, est le sauveur de l’écosystème. Dans sa dernière déclaration, il a expliqué qu’il lui restait des milliards à disposition si nécessaire.

Encore 2 milliards à disposition

Sam Bankman-Fried, propriétaire de l’échange de crypto-monnaies FTX, a les reins solides. À la mi-juin, sa richesse personnelle est passée de 15 milliards à 8,9 milliards après le deuxième crash de la crypto-monnaie. Mais rien ne peut l’arrêter : il a encore des réserves pour sauver l’industrie des crypto-monnaies.

Lors d’un meeting privé organisé par sa société FTX en avril dernier, il montait joyeusement sur scène en short, tee-shirt, chaussettes blanches et baskets pour accueillir Bill Clinton et Tony Blair.

Sam Bankman-Fried a affiché une certaine anti-conformité dans sa présentation, bien loin du cliché selon lequel un milliardaire de 30 ans aurait fait fortune grâce à la crypto-monnaie en moins de quatre ans. Encore peu connu en France, le jeune homme est depuis de nombreuses années une “star” appréciée et respectée dans le monde des crypto-actifs.

Il s’impose aujourd’hui comme l’un des acteurs clés du financement de l’industrie en pleine crise de liquidité, et un acteur clé du mouvement de consolidation en cours.

Ce dernier a expliqué dans un entretien à Reuters que lui et son entreprise disposent encore de “plusieurs milliards” (2 milliards pour être exact) pour soutenir les entreprises en difficulté, ce qui pourrait déstabiliser l’écosystème. L’effondrement de la blockchain Terra à la mi-mai a plongé de nombreuses entreprises dans la tourmente : de Celsius aux fonds d’investissement Three Arrows Capital et BlockFi.

Certains de ses investissements ont rapporté des gains modestes : fin juin, sa société de crypto-monnaie, Alameda Research, a accordé au courtier en crypto-monnaie Voyager Digital une ligne de crédit de 200 millions de dollars… un échec depuis que Voyager Digital a déposé son bilan mardi. Ses nombreux investissements ont suscité l’intérêt d’autres sociétés, qui ont contacté les parties intéressées.

Le JP Morgan du 21ème siècle ?

Dans une récente interview, ce dernier avait affirmé que certaines plateformes étaient “secrètement insolvables” en raison d’une mauvaise gestion de leur liquidité.

« Nous commençons à avoir un peu plus d’entreprises qui nous contactent. Ces entreprises ne sont généralement pas dans des situations catastrophiques, bien que certains petits échanges crypto puissent encore faillir et disparaître », a déclaré Bankman-Fried.

De son propre aveu, en janvier, Sam Bankman-Fried a lancé un fonds FTX Ventures de 2 milliards de dollars pour soutenir l’industrie de la cryptographie qui traverse des temps difficiles. “Je ne pense pas que ce soit une menace existentielle pour l’industrie, mais je pense que c’est un peu plus grave que ce à quoi je m’attendais”, a-t-il déclaré.

Ce que JPMorgan Chase a fait pendant la crise financière de 1907 pourrait faire allusion à cela. Durant l’effondrement des entreprises lors de la crise financière de 1907, le banquier rachetait les actions des entreprises en difficulté dans le but d’arrêter l’effondrement justement.

A l’époque, JP Morgan est surtout connu pour restructurer les entreprises et les rendre plus rentables et stables. Il est également connu pour avoir restructuré les principaux chemins de fer et financé la consolidation industrielle qui a formé General Electric, U.S. Steel et International Harvester. Comme JPMorgan, Bankman-Fried capitalise en quelque sorte sur le chaos des crypto-monnaies pour étendre son empire.

Mais le patron de FTX et d’Alameda s’est montré particulièrement altruiste dans les médias, déclarant à Forbes “Nous sommes prêts à faire de mauvaises affaires ici si c’est ce qu’il faut pour stabiliser la situation.” Entre l’incident BlockFi et l’incident Voyager, il a déjà dépensé 750 millions de dollars alors que rien n’indique que le milliardaire reverra la couleur de l’argent.

Précédent

Le Cac 40 fait état d’une deuxième séance de hausse consécutive

Suivant

Ethereum : un pas de plus pour The Merge

Derniers articles de Crypto