Groupe Casino : Daniel Kretinsky, une arrivée qui change la donne ?

dans Brèves/News

L’entrée du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky au capital du groupe Casino, avec une prise de participation de 4,63% début septembre, pourrait changer la donne à au moins deux niveaux pour le groupe de Jean-Charles Naouri. Tout d’abord, parce qu’il s’agit d’un signal fort envoyé aux marchés sur la crédibilité de la stratégie de désendettement de Casino. Ensuite, parce que cette arrivée vient perturber les plans de rachat de Carrefour et de son PDG, Alexandre Bompard.

Le Groupe Casino au rebond à la bourse

Le titre Casino a pris près de 20 % depuis l’annonce le 5 septembre d’une prise de participation de 4,63 % de la holding de Daniel Kretinsky. C’est que l’entrée du milliardaire tchèque au capital du groupe de distribution stéphanois laisse à penser qu’il juge crédible et réaliste la stratégie de désendettement mise en place pour sauver l’entreprise, menacée depuis de nombreux mois par le poids devenu insoutenable de sa dette.

Une stratégie qui a permis de réaliser pour 2,5 milliards d’euros de cessions en 2019, et qui prévoit 2 milliards d’euros de cessions complémentaires d’ici 2021, pour assainir les finances d’un groupe dont la maison-mère, Rallye, a été placée cet été en procédure de sauvegarde afin de la protéger contre des attaques spéculatives en provenance de fonds-vautours américains. Si la route pour restaurer la confiance des investisseurs est sans doute encore longue, l’arrivée de Daniel Kretinsky a incontestablement été perçue comme un signal positif.

Bras de fer entre Jean-Charles Naouri et Alexandre Bompard

Mais la confiance retrouvée sur les marchés n’est pas la seule conséquence de la prise de participation du Tchèque. Son arrivée vient également perturber les plans bien huilés du groupe Carrefour, et de son PDG Alexandre Bompard, qui rêvait depuis de longs mois d’acquérir à moindre coût le groupe dirigé par Jean-Charles Naouri. Un bras de fer entre les deux hommes qui dure depuis au moins un an, et des négociations avortées de reprise.

Selon des informations de presse, Alexandre Bompard comptait repartir à l’offensive dans les semaines à venir, mais ses projets de rachat pourraient se heurter à l’arrivée de Kretinsky et à un groupe dont les fondamentaux apparaissent désormais plus solides qu’il y a encore quelques jours. Le Tchèque, qui est également présent dans le secteur de la distribution en Allemagne, n’est de toute évidence pas là pour faire de la figuration.

Depuis le début du mois de septembre, et compte tenu de la hausse du titre Casino, la valorisation totale du groupe est passée de 4,2 milliards d’euros à 4,8 milliards d’euros. Carrefour, qui souhaiterait selon les informations de BFM proposer aux créanciers de Casino un échange d’actions, voit l’opération se complexifier.