Plus forte hausse de taux depuis 1994, les bourses réagissent positivement

///
inflation usa

La hausse des taux de 75 points de base a été bien accueillie par les marchés financiers. Après des mois à l’avoir sous-estimée, la Fed est déterminée à contenir l’inflation, qui a augmenté de façon surprenante en mai. Selon les nouvelles prévisions de la Fed, en 2022 et 2023 elle devrait atteindre respectivement 5,2 % et 2,6 %, contre des estimations de mars de 4,3 % et 2,7 %. Le cycle de hausse des taux devrait atteindre entre 3,25 % et 3,50 % d’ici la fin de l’année.

Objectif : ramener l’inflation à 2%

La Réserve fédérale, “fermement déterminée à ramener l’inflation à son objectif de 2%”, a relevé mercredi son taux directeur de trois quarts de point de pourcentage, la plus forte hausse depuis 1994, pour tenter de freiner les taux supérieurs à l’inflation attendue.

Ce n’est peut-être pas la dernière augmentation de l’année. Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré qu’une “nouvelle hausse de taux de trois quarts de point était possible en juillet”.

Le 12 mai, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a réitéré qu’il était raisonnable d’augmenter les taux de 0,50 point de pourcentage à la mi-juin, puis à nouveau du même pourcentage à la fin juillet pour peser les coûts. le crédit.

Pour freiner la demande excédentaire de biens et services alors que l’offre reste contrainte par de multiples pénuries. Au cours des derniers jours, son point de vue et celui de ses collègues ont changé.

En augmentant à 1,75 % le taux auquel la Fed autorise les banques à se prêter entre elles du cash à très court terme, ils ouvrent désormais la porte à de nouvelles hausses de taux drastiques le mois prochain ou même en septembre.

De mai 2020 (après le premier confinement) jusqu’au 16 mars 2022, lors du premier rallye, le ratio est resté légèrement supérieur à zéro. Une source a confirmé l’avertissement du Comité monétaire, car une fuite orchestrée par les plus hauts responsables de la banque centrale a conduit certains organes de presse à révéler une augmentation soudaine de 0,75 point, et non de 0,50 point, dès lundi après-midi. Les craintes d’une aggravation de l’inflation dans les prochaines semaines justifient également l’accélération.

Les bourses réagissent bien à l’annonce

Plus tôt mercredi, la Banque centrale européenne (BCE) s’est réunie brusquement pour annoncer un mécanisme de soutien aux économies de la zone euro dont les taux d’intérêt avaient grimpé la veille et menacé la scission de la monnaie unique.

Ainsi, après six séances de pertes, les indices européens se sont redressés. Milan a progressé de 2,87 %, Francfort de 1,36 %, Paris de 1,35 % et Londres de 1,20 %. La BCE est normalement censée entamer son cycle de hausse des taux en juillet pour la première fois en 11 ans.

La Fed a déclaré qu’elle s’attend à ce que l’économie ralentisse et que le chômage augmente dans les mois à venir. Les décideurs monétaires américains ont également déclaré qu’ils s’attendaient à une accélération des hausses de taux dans les mois à venir.

“L’inflation reste élevée, reflétant des déséquilibres entre l’offre et la demande liés à la pandémie, à la hausse des prix de l’énergie et à des pressions plus larges sur les prix”, déclare la Fed dans le communiqué publié à l’issue de deux jours de débats.

L’agence a rappelé que l’invasion et les sanctions contre l’Ukraine avaient “créé une pression supplémentaire à la hausse sur l’inflation et pesé sur l’activité économique mondiale”. De plus, le blocus chinois a exacerbé les problèmes de la chaîne d’approvisionnement. Tout cela ralentit l’économie américaine.

Précédent

Pourquoi le Bitcoin s’effondre à ce point ?

Suivant

Immobilier : plus rentable d’acheter que de louer dans les villes étudiantes ?

Derniers articles de Bourse