Hausse de la taxe foncière, quelles conséquences pour les propriétaires ?

///
bulle immobilière

Dans une étude, Meilleurtaux note qu’en 2022, en moyenne, dans les 20 plus grandes villes de France, les taxes foncières coûteront 105 euros par mois, soit l’équivalent d’une mensualité supplémentaire sur une ligne de crédit annuelle. Mais dans certaines villes, les impôts fonciers sont beaucoup plus élevés.

Une hausse de la taxe foncière d’environ 30% sur 10 ans

Les Français qui cherchent à acheter une maison se concentrent généralement sur le prix, le coût ou l’emplacement de la propriété. Mais ils ne considèrent pas toujours les impôts fonciers avant de concrétiser leurs projets immobiliers.

Certes, cette taxe locale, bien connue des propriétaires, n’entre pas dans le calcul du plafond d’endettement de 35 %. Mais lorsqu’il est combiné aux frais de copropriété et aux remboursements mensuels élevés à la banque, le poids des taxes foncières peut rapidement avoir un impact sur vos finances.

Dans les 20 plus grandes villes, le coût mensuel moyen est de 105 euros, selon le courtier en crédit immobilier Meilleurtaux. C’est 13 euros de plus qu’en 2018. C’est l’équivalent d’un peu plus d’un mois d’hypothèques moyennes.

Alors bien sûr, avec la hausse brutale des taux d’intérêt, les Français feront sans doute plus attention au coût de leur crédit, mais ils devront tout de même s’acquitter de la taxe foncière. D’autant que l’importance de cette taxe pour la collectivité risque d’être alourdie en 2022 : la faute à la suppression de la taxe d’habitation. Mais c’est surtout l’inflation galopante qui va faire grimper la taxe foncière.

Il s’agit d’une augmentation constante de 27,9 % sur une décennie. La raison de l’augmentation est “la nécessité de financer les municipalités. Avec la disparition de la taxe d’habitation, c’est vraiment le dernier impôt que la communauté peut ajouter à ses revenus”, a expliqué le journaliste Gaspard de Florival.

Il souligne qu’il existe de grandes disparités dans la région, avec “en général, les villes moyennes ont les taxes foncières les plus élevées”. Nîmes (Gard) et Angers (Maine-Loire) en tête. “Si vous n’avez pas de restrictions de localisation précises”, a suggéré le journaliste, prenez le temps de “regarder les tarifs mis en place par les municipalités”.

Des disparités selon les villes mais une hausse globale

Dans certaines grandes villes, les taxes foncières dépassent largement la mensualité “supplémentaire” moyenne sur le crédit chaque année. Ainsi, à Nîmes, Saint-Etienne, Le Havre et Le Mans, la taxe foncière dépasse chaque année les deux mensualités supplémentaires.

Cette taxe locale peut avoir un impact important sur les mensualités que vous versez à la banque pour l’achat d’un bien immobilier. C’est le cas à Nîmes, Saint-Etienne, mais aussi au Havre et au Mans, où la taxe foncière équivaut à environ 2 mois d’hypothèque. Soit entre 1101 euros (Saint Etienne) et 1551 euros (Nîmes).

Concrètement, c’est comme si vous achetiez un 70 mètres carrés à Saint-Étienne avec 1,85% (hors assurance) et un financement sur 20 ans de 129 euros. A Saint Etienne, la mensualité pour un bien au mètre carré augmente de 92€ par mois.

Pour les Dijonnais c’est 1,5 mois de crédit, soit 125 euros de plus du fait de la hausse de la taxe foncière, les Toulonnais c’est 1,4 mois, soit +108 euros ou encore pour les Montpelliérains 1,3 mois, soit +132 euros..

Dans d’autres villes, si les taxes locales ont à peine changé par rapport au paiement mensuel typique, cela ne signifie pas que le montant à payer n’a pas augmenté. C’est le cas à Nice, Lyon ou encore Paris.

“Si l’augmentation de la taxe foncière in fine dans la mensualité des propriétaires au sein de ces métropoles est quasi indolore, le poids de l’augmentation des taux et de la tension immobilière dans ces villes est au contraire plus que présent”, pointe Meilleurtaux.

Précédent

La Fed annonce une hausse importante du taux directeur

Suivant

Les résultats de Meta en baisse pour la première fois depuis 2012

Derniers articles de Fiscalité