Immobilier Amérique Latine : la pandémie rebat les cartes

/
immobilier Buenos Aires
Immobilier Amérique latine : Porto Madero, Buenos Aires - ©MonicaVolpin, CC0 Creative Commons

La pandémie du Covid-19 a apporté un changement sur notre mode de vie au quotidien. Avec les confinements successifs, les couvre-feux et les gestes barrières, de nombreuses personnes sont forcées de passer du temps à la maison. D’où la nécessité d’un espace assez spacieux. C’est la raison pour laquelle la population en Amérique latine ont tendance à quitter certains quartiers des centres-ville pour trouver un bien immobilier qui leur offre davantage d’espace. De plus le télétravail permet d’excentrer beaucoup plus facilement qu’auparavant.

Une nécessité d’espace

Les latinos ont actuellement tendance à se retourner vers les logements à la fois vastes et confortables. Ce phénomène est particulièrement favorisé par la propagation de la pandémie du Covid-19. Cette dernière force les gens à passer beaucoup de temps au domicile. C’est de cette manière que les critères de recherche ont largement évolué.

Selon la BBC, l’évolution des critères de recherche en immobilier touchait les 5 capitales d’Amérique du Sud que sont Mexico, Bogota, Quito, Lima et Buenos Aires. Ces villes disposent de quartiers les plus recherchés au début du confinement, notamment pendant le premier semestre de l’année 2020.

Mexico le plus concerné

Selon de nombreux professionnels du secteur de l’immobilier, c’est Mexico qui marque le plus grand changement en préférence immobilière. Bien évidemment, les particuliers sont à la recherche d’un confort et d’un logement abordable en termes de prix. À cause de la pandémie, de nombreuses familles ont préféré les quartiers à traditions résidentielles. Ceux-ci sont en mesure d’offrir des logements avec de grands espaces.

Un phénomène optimisé par la pandémie

Si les personnes ont pris la décision de s’éloigner des centres-ville, c’est particulièrement pour être en paix. Elles veulent s’échapper à tous les rythmes du quotidien et toutes nuisances sonores et environnementales. Ce n’est seulement pas la pandémie qui a accéléré ce phénomène, il y a également la progression de la livraison à domicile où les gens n’ont plus à faire faire de courses en ville.

Selon le site britannique BBC, les quartiers où les offres sont en grand nombre restaient les mêmes pour Quito, Buenos Aires et Lima. D’après les professionnels en immobilier, les changements vont prendre du temps mais sont en marche.

Source Courrierinternational

Précédent

Crypto Foot : Messi rémunéré en partie avec des « Fan Tokens »

Suivant

Banques en ligne : Boursorama Vs Fortuneo

Derniers articles de Immobilier