L’immobilier en surchauffe au Royaume-Uni ?

/
Londres

Au cours de la dernière année, les propriétaires ont vu la valeur de leurs propriétés monter en flèche et les acquéreurs de maisons neuves ont eu du mal à trouver quoi que ce soit dans leur fourchette de prix. Alors que 2021 est maintenant fini, les professionnels de l’immobilier voient les statistiques de ventes de cette année établir un nouveau record en Angleterre. La Real Estate Association a indiqué que les ventes provinciales de maisons ont établi un nouveau record annuel en novembre. À un mois de la fin de 2021, les ventes ont dépassé le record annuel de 112 425 biens établi en 2016. Dans la plupart des régions de l’Angleterre, les prix ont grimpé en flèche. Voici plusieurs éclairages sur le marché immobilier au Royaume-Uni.

Une forte hausse de la demande, et une diminution de l’offre

Sur le marché de l’immobilier particulièrement le prix des biens à la vente et conditionné par la loi de l’offre et de la demande. Si l’offre diminue et que la demande augmente alors on observe une hausse significative des prix et inversement. C’est exactement le phénomène observé actuellement au Royaume-Uni.

Globalement, le nombre de propriétés britanniques proposées par les agents immobiliers est tombé au plus bas historique de 20 maisons par succursale, une baisse de 50 % par rapport à novembre 2020. Dans le même temps, le rapport proposé par Property Mark indique que le nombre d’acheteurs a augmenté en moyenne de 12 % entre octobre et novembre.

En moyenne, chaque succursale a enregistré 571 acheteurs potentiels, ce qui signifie qu’il y a actuellement environ 29 acheteurs pour chaque propriété sur le marché. Les prix de l’immobilier au Royaume-Uni augmentent donc forcément.

Courant le mois de novembre 2020, seulement 10 % des propriétés britanniques ont été vendues à un prix supérieur au prix demandé. En d’autres termes, cela montre clairement la forte augmentation de la demande du marché cette année.

Qu’en sera-t-il pour l’année 2022 ?

Les acheteurs insatisfaits qui espèrent que les prix des logements finiront par baisser en 2022 ne seront que partiellement satisfaits l’année prochaine. Si de nombreux particuliers et professionnels pensent que le marché va se calmer, il ne s’agit pas de voir les prix chuter mais simplement qu’ils augmentent de manière moins significative.

“D’ici fin 2022, les prix des logements aux États-Unis devraient augmenter de 11 %”, a déclaré Kurt Walker, PDG de Cream City Home Buyers. “Cette prédiction est en baisse par rapport à l’augmentation des prix de 19,5 % de l’année précédente. Cependant, le marché continuera de favoriser les vendeurs plutôt que les acheteurs. Le marché restera compétitif et les ventes de maisons devraient augmenter de 6,6 %”.

En 2021, le marché immobilier du pays a été étonnamment solide et résistant. De nombreux investisseurs immobiliers continuent d’élargir leurs portefeuilles d’investissement, tandis que d’autres se diversifient dans des domaines tels que les locations à court terme et les locations de vacances, ou encore les appartements étudiants.

Bien que la dynamique puisse commencer à revenir à des niveaux plus normaux l’année prochaine, la plupart des prévisions indiquent que le marché immobilier restera stable à l’avenir, ce qui est une bonne nouvelle pour les acheteurs et les investisseurs.

La société Rightmove qui gère rightmove.co.uk, le plus grand portail immobilier en ligne et site Web immobilier du Royaume-Uni, estime que le prix moyen augmentera de 5 % en 2022. Cela peut permettre d’augmenter la valeur moyenne d’une propriété d’environ 17 000 £.

Il se peut qu’il y ait plus de maisons sur le marché, cette augmentation de l’offre facilitera la tâche des acheteurs. Par ailleurs, Kurt Walker a déclaré au cours du mois précédent que les Britanniques envisagent de mettre en vente des propriétés au cours de la nouvelle année, il a constaté que le nombre de personnes demandant l’examen d’un agent immobilier via Rightmove avait augmenté de 19 %.

Précédent

Microstrategy achète 1 914 Bitcoins supplémentaires, soit 94 millions de dollars

Suivant

2021, une année particulière pour les marchés financiers

Derniers articles de Immobilier