Le groupe néerlandais ING quitte le marché de la banque en ligne en France

/
groupe ING

La banque néerlandaise ING va licencier 460 salariés et discute actuellement de l’acquisition de son portefeuille clients avec des concurrents bancaires dont Boursorama. La banque néerlandaise a annoncé mardi qu’elle allait abandonner ses activités de banque de détail en France. Environ 460 postes seront supprimés. Une annonce impliquant un million de clients. Trois acteurs se sont alignés pour reprendre ces portefeuilles. Tour d’horizon sur la situation.

Un groupe historique du secteur bancaire en France

Le groupe néerlandais ING s’est installé en France en 2000. Avec l’ambition de concurrencer le réseau vieillissant des agences, et qui ne sont pas pressés de participer à la révolution Internet. ING Direct est la première banque en ligne en France, proposant des comptes d’épargne Orange et des produits salariaux attractifs, contribuant à la modernisation du secteur bancaire. Pourtant, après 21 ans de pertes, ING a décidé de quitter le marché français de la banque en ligne, comme elle l’a annoncé dans un communiqué ce mardi 21 décembre.

C’était prévu depuis plusieurs mois, la plus ancienne banque en ligne officiellement implantée en France est loin d’avoir atteint l’objectif qu’elle s’était fixé, et stagne à 1 million de clients depuis plus de 6 ans. Fin 2020, la banque avait considérablement réduit ses opérations en Belgique en fermant une cinquantaine d’agences sur place et en se concentrant sur le franchisage.

Au cours du mois de juin dernier, ING France a été condamnée à une lourde amende pour rupture de contrat de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme survenue entre 2018 et 2019. Il est à noter que la banque conserve toujours ses activités de banque de financement et d’investissement pour une utilisation. Les “grands clients français” visent à consolider sa position sur le marché et son positionnement de banque de référence en matière de finance durable.

Trois concurrents positionnés pour le rachat des portefeuilles clients

Par ailleurs, ING étudie actuellement la possibilité de conclure un accord avec un tiers sur son portefeuille clients. Des discussions sont en cours et aucune information supplémentaire à ce sujet ne peut être fournie pour le moment. “Les clients continuent de bénéficier des services bancaires en ligne habituels. Avant tout changement de produits et de services, les clients et les partenaires seront informés séparément”, a poursuivi la banque.

Trois candidats ont déposé des propositions pour acquérir un portefeuille de clients de banque en ligne, l’entreprise revendique 1 million de clients en France : Crédit mutuel Arkéa, Crédit mutuel Alliance fédérale et surtout Boursorama.

Pour la filiale de Société Générale, les intérêts sont clairs : la banque s’est fixé comme objectif de gagner plus de 4 millions de clients d’ici 2023. Avec les millions de clients d’ING, même s’ils sont loin d’être actifs, le groupe français peut atteindre ses objectifs un an à l’avance.

Il faut dire que ce dossier ne manque pas d’intérêt. Premièrement, les opportunités de saisir des parts de marché sur le marché très concurrentiel de la banque de détail en France sont rares. Le plus important est que contrairement à HSBC en France, il s’agit cette fois de n’acheter qu’un portefeuille client, sans informatique, sans réseau, et sans personnel. Le groupe néerlandais lui-même est responsable des programmes sociaux d’environ 500 employés concernés. Cela n’a rien à voir avec l’acquisition de la filiale française de HSBC et les frais de restructuration de HSBC qui sont à la charge de l’acquéreur.

Un plan de licenciement massif : 460 postes supprimés

Évidemment, les salariés sont les premiers à pâtir de cette décision stratégique prise pendant le mois de juin. La banque néerlandaise a d’ores et déjà annoncé qu’elle licenciera près de 460 salariés après avoir signé un accord avec l’ensemble des représentants syndicaux. De nombreux échanges avec des concurrents bancaires tels que Boursorama sont actuellement menés.

Précédent

Le pouvoir d’achat immobilier des Français a diminué

Suivant

Les mesures prises par Erdogan en Turquie permettent de sauver les apparences

Derniers articles de Banques