Interpol va aider la justice sud-coréenne dans la traque de Do Kwon (Terra LUNA)

/
crypto terra luna
Crypto Terra Luna - ©surf-finance.com

Récemment, le département judiciaire sud-coréen a accéléré l’enquête sur la chute de l’écosystème Terra (LUNA). Do Kwon, soupçonné de s’être enfui à Singapour pour éviter d’éventuelles conséquences judiciaires, s’est défendu sur Twitter en affirmant qu’il n’était pas en fuite.

La Corée du Sud fait appel à Interpol

Ces derniers mois, l’effondrement de l’écosystème Terra, avec ses multiples rebondissements, a fait couler beaucoup d’encre. Un juge sud-coréen cherchant des éclaircissements dans l’affaire veut que Do Kwon explique son implication dans l’effondrement de Terra.

Pour cela, la justice coréenne a lancé diverses procédures depuis de nombreuses semaines pour arrêter et interroger le fondateur de Terra, qu’elle soupçonne d’être en cavale à Singapour. Do Kwon pourrait donc voir son passeport expirer dans les prochains jours afin de pouvoir être expulsé vers Séoul.

Bien que l’enquête soit toujours en cours, la Corée du Sud a émis un mandat d’arrêt contre Do Kwon le 14 septembre 2022. Malgré le mandat d’arrêt, Do Kwon reste introuvable et aurait refusé de coopérer avec les procureurs. En plus de cela, selon Techcrunch, les coréens pensent qu’il serait sur le point de s’enfuir. Pour l’empêcher de le faire, ils viennent de demander à Interpol d’émettre une notice rouge contre lui. Selon Bloomberg, « les procureurs ont demandé à Interpol son assistance afin de localiser Do Kwon, dont la localisation est inconnue, et de livrer à la Corée ».

Selon le site d’Interpol, « une notice rouge consiste à demander aux services chargés de l’application de la loi du monde entier de localiser et de procéder à l’arrestation provisoire d’une personne dans l’attente de son extradition, de sa remise ou de toute autre procédure judiciaire ».

Malgré les accusations de manque de coopération, Do Kwon s’est dit prêt à communiquer avec toutes les agences gouvernementales intéressées par l’affaire et que son équipe est prête à se défendre dans les différentes juridictions pour aider à faire éclater la vérité dans les mois à venir.

Toutefois, Do Kwon n’a pas répondu publiquement depuis l’annonce du procureur. Son dernier tweet datait du 17 septembre, où il expliquait qu’il ne cherchait pas à échapper à la justice en Corée du Sud. « Je ne suis pas en cavale, ou quoi que ce soit du genre — nous coopérons avec toutes les instances gouvernementales qui ont essayé de communiquer avec nous, et nous n’avons rien à cacher », avait-il écrit. Son message n’a clairement pas réussi à convaincre la justice de Corée du Sud.

Un krach retentissant dans toute l’économie

En avril 2022, la valeur de Terra a atteint son plus haut niveau. À l’époque, l’UST était le quatrième plus grand stablecoin et la dixième plus grande crypto-monnaie par capitalisation boursière, selon CoinMarketCap.

Mais en mai, le stablecoin a perdu plus de la moitié de sa valeur en 24 heures, déclenchant une vague de panique sur un marché des crypto-actifs déjà sous tension.

Rapidement, le stablecoin et son jeton sœur, Luna, sont tombés à zéro, faisant perdre au marché plus de 500 milliards de dollars et faisant exploser toutes les économies de nombreux petits investisseurs dans le processus. Depuis lors, les autorités sud-coréennes ont lancé un certain nombre d’enquêtes criminelles sur cette affaire.

Do Kwon, co-fondateur de stablecoin terra usd (ust), fait perdre près de 40 milliards de dollars aux investisseurs cette année et plus de 500 milliards de dollars sur le marché des crypto-monnaies après le crash de son stablecoin. Cette débâcle a conduit un tribunal sud-coréen à délivrer mercredi un mandat d’arrêt contre lui.

L’effondrement de Terra et Luna a touché beaucoup d’investisseurs, mais a également contribué à l’effondrement du fonds d’investissement 3 Arrows Capital, qui à son tour a touché de nombreuses entreprises. Depuis lors, Do Kwon et son équipe ont tenté de lancer de nouveaux projets de crypto-monnaies, mais n’ont jusqu’à présent pas réussi à récupérer une partie des fonds perdus dans le crash.

Précédent

Hiver difficile : la BCE met les banques en garde

Suivant

Ripple (XRP) sur le point de remporter sa bataille juridique avec la SEC ?

Derniers articles de Crypto