Journée noire à Wall Street : pire baisse depuis mars 2020

/
bourse wall street

Les investisseurs ont été surpris et déçus hier, au moment de l’annonce de l’IPC (Indice des Prix à la Consommation). L’inflation américaine a augmenté de 8,3 % sur un an, dès l’annonce de ces chiffres les bourses américaines et européennes ont commencé à baisser. L’indice parisien, le Cac 40 a mis fin à une séquence haussière et a chuté de 1,39% à 6 245 points. Maintenant, tout le monde pense que la Réserve fédérale augmentera son taux directeur de 75 points de base le 21 septembre.

Une future hausse de taux directeur de 1% ?

La Bourse américaine a connu sa pire journée depuis juin 2020. Le NYSE a chuté de façon spectaculaire hier, sa baisse a été attribuée aux données de l’inflation américaines qui ont été plus élevées que prévu. Ces données indiquent que les prix ont augmenté plus que les prévisions ne le suggérait, et cela a ruiné l’optimisme ressenti récemment par les investisseurs.

Par conséquent, les investisseurs qui croyaient que les taux augmenteraient moins que prévu risquent d’être déçus. Le Dow Jones a chuté de 3,94 %, l’indice Nasdaq, de 5,16 %, et l’indice élargi S & P 500 de 4,32 %. « C’était une journée de dingue », a commenté Greg Bassuk, d’AXS Investments.

L’indice des prix de l’IPC affichait une hausse des prix de 0,1 %, légèrement supérieure à la baisse de 0,1 % attendue par les économistes. Sur un an, l’inflation s’établit à 8,3%, supérieure aux 8,0% prévus par les investisseurs. Par conséquent, les marchés ont vu rouge.

Selon Quincy Krosby de LPL Financial, le marché pense que le cycle de resserrement monétaire de la Fed ne se terminera jamais. Les investisseurs craignent d’avoir été trop optimistes dans leurs prévisions, le marché pense que l’inflation va dans la mauvaise direction. Ces chiffres vont obliger la Fed à maintenir sa posture agressive, voire à la pousser encore plus loin, a déclaré Edward Moya d’Oanda.

Les 20 et 21 septembre, le marché estime qu’il y a une probabilité de 34 % que le taux directeur augmente de 1 point de pourcentage. Avant aujourd’hui, aucun opérateur ne pensait qu’une telle hausse serait possible. « Le marché s’inquiète à l’idée que la Fed ne nous entraîne dans une récession ou ne grippe le système en le privant de liquidité », a relevé Quincy Krosby.

La hausse des taux incite à réduire la consommation

Selon Greg Bassuk, la hausse des prix alimentaires est le signe d’une inflation enracinée dans l’économie américaine. Cela amène les traders à croire que la demande des consommateurs sera considérablement réduite. En effet, l’augmentation des prix rend difficile pour les gens d’acheter des produits. De plus, les conditions de crédit et de financement deviendront encore plus strictes en raison de cette inflation.

Les entreprises technologiques ont souvent besoin d’emprunter de l’argent pour financer leur croissance. La perspective d’un marché du crédit plus coûteux a considérablement nui à ces entreprises et aux actions des géants du Nasdaq en particulier. Apple a diminué de 5,87 %, Amazon a diminué de 7,06 %, Alphabet a diminué de 5,86 % et Meta a diminué de 9,37 %. Cette chute est égale à celle de mars 2020, lors des premiers jours de confinement en France, au début de la pandémie.

Après que Twitter ait réussi à augmenter de 0,80 % à 41,74 $, toutes les sections du Dow Jones ont clôturé en baisse. Aucune catégorie d’actions n’a pu monter, bien que Twitter ait augmenté après qu’une assemblée générale extraordinaire ait habilité les actionnaires à approuver le rachat d’Elon Musk. Depuis lors, Musk a dénoncé ses projets de rachat.

Précédent

Immobilier : Comment rentabiliser une passoire thermique ?

Suivant

Binance Blockchain Week : l’évènement pour découvrir le monde numérique à Paris

Derniers articles de Bourse