JP Morgan effectue ses tests sur la blockchain publique

//
jp morgan

L’Autorité monétaire de Singapour (MAS) a mené le premier projet pilote sur les actifs numériques et la finance décentralisée. Tout cela sous la tutelle d’une grande banque internationale qui s’intéresse de plus en plus à la tokenisation.

Les tests sur le fork d’Aave

Les crypto-monnaies rebutent toujours la grande majorité de la population, qu’elle soit éduquée ou non dans le système économique. Les banquiers tentent de freiner la popularité croissante du Bitcoin et de l’Ethereum.

En effet, tant l’attractivité des rendements que la rapidité des transactions sont des facteurs qui perturbent le système actuel, contraint de s’adapter afin d’adopter une attitude positive.

Bien que les crypto-actifs présentent certains risques et limites, ils soulèvent des questions sur la tokenisation de nos échanges. Des questions auxquelles l’Autorité monétaire de Singapour tente de répondre.

Les activités de JPMorgan Chase dans les crypto-monnaies ne sont plus un secret, et la banque vient à nouveau d’en donner la preuve sur la blockchain avec sa première transaction sur le protocole Aave, malgré les déclarations publiques de son PDG. Plus précisément, il s’agit d’une version modifiée (un fork) d’Aave Arc, une plateforme dédiée aux investisseurs institutionnels.

Ces opérations sont effectuées sur Polygon (MATIC) afin d’optimiser la pondération des coûts de transaction induits par les procédures d’authentification importantes.

Une branche du code Aave Arc permet aux banques de configurer leurs propres paramètres selon leurs besoins, notamment en matière de taux d’intérêt. Ces premières expériences impliquent l’utilisation de dollars de Singapour et de yens japonais tokenisés.

« En tirant parti des informations d’identification vérifiables pour établir l’identité, nous avons pu exécuter une transaction en direct entre des parties attestées connues. Il s’agit d’une étape importante dans le parcours blockchain des institutions financières et fait suite à de nombreuses années de travail menées par JP Morgan dans le développement de solutions basées sur la blockchain pour les services financiers. » indique Umar Farooq, le PDG d’Onyx.

Le projet pilote, mené en partenariat avec l’Autorité monétaire de Singapour (MAS), prévoit l’utilisation d’une blockchain publique qui permet à chacun de se concerter sur les opérations bancaires.

Encore une preuve du potentiel de la technologie blockchain

Project Guardian, lancé par MAS, vise à explorer le potentiel des applications de financement décentralisé (DeFi) sur les marchés de financement de gros ou de gros. Les banques centrales franchissent une nouvelle étape.

Cette première transaction directe a été effectuée en partenariat avec DBS Bank, JPMorgan Chase et SBI Digital Asset Holdings. Il s’agit d’opérations de change et d’obligations d’État pour les pools de trésorerie.

Parmi ces liquidités figurent différents actifs symboliques, à savoir des obligations d’État de Singapour et du Japon, ainsi que du yen japonais et du dollar de Singapour.

« Nous sommes ravis de faire partie de ce projet pilote où Singapour dirige la réimagination de l’infrastructure des marchés financiers avec la technologie blockchain. La réussite des transactions tests montre une application prometteuse des techniques de tokenisation et DeFi pour le marché des obligations d’État. » déclare Kwee Juan Han, le responsable du groupe de stratégie et de planification de la banque.

Ainsi, selon les AMM, cette preuve de faisabilité souligne le potentiel d’économies et de simplification du marché OTC. En fait, la désintermédiation via la DeFi en particulier signifie qu’il n’y a pas de coûts associés à l’exécution des transactions par les intermédiaires de compensation et de règlement.

D’autres expériences sont prévues. En conséquence, la banque centrale a annoncé deux pilotes à venir dans le financement du commerce et la gestion de patrimoine. En matière de financement du commerce, Standard Chartered est en tête du peloton.

Si parfois certains discours pourraient suggérer le contraire, ces actions concrètes sont encore un autre signe d’intérêt croissant pour la technologie blockchain.

Précédent

Quel est le rendement moyen d’une assurance vie ?

Suivant

Les taux des crédits immobiliers dépassent les 2% en moyenne

Derniers articles de Banques