Klarna : le marché des paiements différés sous pression

//
paiement banque en ligne par mobile
Paiement par mobile, banque en ligne - ©Clay Banks, Unsplash Creative Commons

Le co-fondateur et PDG de Klarna, Sebastian Siemiatkowski, a écrit une lettre aux actionnaires à l’occasion des résultats semestriels. Dans la lettre, il décrit l’état actuel du marché des paiements différés et le modèle du “acheter maintenant payer plus tard”.

Les dépenses augmentent plus que les coûts

Dans sa lettre adressée aux actionnaires en août 2022, le PDG de Klarna déclare que le marché traverse une période difficile marquée par une « guerre tragique et inutile en Ukraine », une inflation accrue et des changements dans la perception des investisseurs. De plus, il prédit une probable récession dans un avenir proche.

Malgré une activité positive, les chiffres illustrent les problèmes auxquels ce secteur est confronté. Les revenus ont augmenté de 24 % pour atteindre 950 millions de dollars et le volume des transactions était de 41 milliards de dollars. Cependant, les pertes du groupe suédois ont quadruplé pour atteindre 581 millions de dollars.

Le groupe mentionne que les pertes accumulées sont les effets de l’augmentation des coûts due à l’intégration de leur plateforme de comparaison de prix PriceRunner. Ils mentionnent également une augmentation des dépenses liées aux pertes sur créances. De plus, les frais de personnel ont joué un rôle dans la perte, l’entreprise avait mis en place un plan de réduction des effectifs de 10 % qui n’avait pas commencé à produire ses effets au premier semestre.

La société a également mentionné la mise en œuvre d’autres mesures de réduction des coûts visant à atteindre la rentabilité. Les investisseurs exigent clairement la rentabilité plutôt que la croissance comme l’indique Sebastian Siemiatkowski. Le temps de la croissance est révolu, selon lui.

En juillet de l’année dernière, la société a accepté un nouveau cycle de financement. Elle a levé 800 millions de dollars pour une valorisation «post-money» de 6,7 milliards de dollars. La société, en juin 2021, avait atteint la valorisation de 45,6 milliards de dollars, sa valorisation a donc été divisée par 7 environ en un an.

Le cofondateur de la société a noté en juillet que des sociétés comparables telles qu’Affirm avaient perdu 80 à 90 % de leur valeur depuis leur apogée. De plus, la nouvelle valorisation reste trois fois plus élevée qu’en 2018, le co-fondateur pense que l’entreprise résistera à la tempête de la chute des valorisations.

Un modèle surveillé par les régulateurs en temps de crise

Les banques utilisent l’analyse des risques comme élément essentiel de leurs efforts de guerre. Ils profitent des périodes de revenus réduits pour tester leurs modèles et constatent les difficultés à attirer de nouveaux clients avec des statuts de risque adéquats.

L’augmentation des provisions indique qu’il est difficile de couvrir les augmentations soudaines des coûts et que les faibles marges ne permettent pas de recruter de nouveaux clients. L’entrée d’Apple sur le marché du crédit est considérée comme une menace dangereuse. Les banques espèrent profiter de ces défis pour regagner un peu de terrain perdu sur leur segment du marché du crédit. Dans cette optique, ils entendent exploiter l’analyse des risques, pour regagner un peu de terrain perdu sur un segment de leur marché du crédit.

Les régulateurs renforcent la surveillance des facilités de paiement échelonnées – qui sont populaires auprès des jeunes et des amateurs de commerce électronique – lorsque les conditions économiques faiblissent ou que l’inflation augmente.

En décembre 2017, l’agence de contrôle de la publicité a réprimandé Klarna parce qu’elle pensait que l’entreprise encourage une utilisation irresponsable du crédit. Depuis lors, Klarna a modifié sa communication publique pour se conformer à la réglementation.

Cet été, la Financial Conduct Authority a mis en garde des entreprises similaires contre des frais frauduleux et des publicités trompeuses. Depuis, Klarna a développé des outils pour aider les clients à gérer leur budget.

Klarna insiste sur le fait que leur objectif principal est de devenir un portail d’achat en ligne, ce qui impliquerait plus que de simples paiements différés. La société pense que cela les aidera à dépasser le cadre des méthodes de paiement traditionnelles.

Précédent

Le top 10 des villes pour un investissement locatif en immobilier

Suivant

Tamadoge : le futur des jeux NFT ?

Derniers articles de Banques