La préparation de la retraite

dans Epargne/Questions

Les perspectives d’évolution des pensions versées par les organismes de retraite français n’étant guère favorables, toute personne doit réfléchir aux dispositions qu’elle doit prendre pour améliorer sa future retraite. Plusieurs solutions s’offrent à elle.

Les dispositions préalables à prendre

Il est conseillé à chaque futur retraité de commencer par calculer sa capacité d’épargne mensuelle en prenant en compte ses revenus et son endettement ainsi que son loyer s’il est locataire. Pour une personne qui doit rembourser des crédits coûteux (c’est notamment le cas des crédits renouvelables), il peut être judicieux d’étudier la possibilité d’un rachat de l’ensemble des crédits. En effet, cette solution peut permettre de profiter de taux d’intérêt plus bas et d’une diminution de l’endettement mensuel qui accroîtra la capacité d’épargne.

Les placements mobiliers et le rôle d’une mutuelle

Un particulier n’a intérêt à gérer lui-même un portefeuille d’actions cotées en Bourse pour préparer sa retraite que s’il possède une solide culture financière. En ce qui concerne les autres personnes, elles ont plutôt intérêt à profiter des formules d’épargne-retraite proposées par exemple par les mutuelles.

La personne qui souhaite diversifier les placements qu’elle fait pour sa future retraite peut donc prendre rendez-vous avec un conseiller travaillant dans une mutuelle. Ce conseiller fera avec elle un bilan de sa situation et de ses objectifs. Ce bilan sera effectué en tenant compte notamment des revenus de la personne, du régime de retraite auquel elle est affiliée et de sa situation fiscale. La personne pourra connaître les économies d’impôts qu’elle pourrait faire, notamment en souscrivant une formule d’épargne retraite prévue par la loi Madelin si elle est commerçante ou travailleuse indépendante. Le site eovi-mcd.fr permet à l’épargnant de mieux connaître les formules d’épargne que les mutuelles peuvent proposer.

Conformément à sa déontologie, le conseiller lui expliquera les avantages et les éventuels inconvénients des différentes solutions envisageables pour la gestion de l’épargne placée. Il pourra notamment lui expliquer qu’il est possible de faire des placements sans risque, mais que les rendements de ces placements risquent d’être faibles. En conséquence, si la personne est relativement jeune, le conseiller pourra lui dire qu’il pourrait être opportun de choisir une formule incluant des placements en actions de sociétés rigoureusement sélectionnées. Ainsi, l’épargnant pourra évaluer l’opportunité de faire passer une partie de son épargne dans les actions de sociétés fabriquant des produits qui contribueront à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Toutefois, il est conseillé de consulter le site de l’Autorité des marchés financiers pour connaître ses droits d’épargnant.

L’investissement immobilier

Cette solution peut être intéressante pour une personne ayant une capacité suffisante en tenant compte des loyers qu’elle percevra après avoir fait son investissement. Pour évaluer la capacité d’emprunt, les banquiers intègrent dans les futurs revenus de chaque client 70 % du montant du futur loyer annuel. Le crédit peut être accordé si l’endettement mensuel d’emprunteur ne dépasse pas le tiers du total de ses futurs revenus.

Cependant, si le banquier est d’accord pour financer le projet, il faut choisir le bien avec soin en commençant par éliminer les quartiers désagréables ainsi que ceux dans lesquels les biens immobiliers pourraient se déprécier. En revanche, si des travaux de rénovation d’un quartier sont susceptibles de faire progresser la valeur des biens qui s’y trouvent, il pourrait être astucieux d’acheter un petit appartement situé dans ce quartier dans la mesure où la demande locative est suffisamment forte.

Enfin, après avoir acheté le bien, il faut évaluer minutieusement l’honorabilité et la solvabilité de toute personne intéressée par l’offre de location.