L’auto-entrepreneur rapporte à l’économie française !

dans Brèves/News

Certains libéraux déclarent depuis maintenant plusieurs années que le système des charges et l’imposition des entreprises est un frein à l’économie française. A la lecture des résultats du dispositif de l’auto-entrepreneur, on aurait tendance à souscrire à cette hypothèse. Avec de faibles charges (13.4 à 23 %) calculées sur le seul chiffre d’affaire mensuel des auto-entreprises excluant toute autre imposition, le principe fonctionne. Il faut dire qu’il se rapproche de la faible imposition de certains modèles anglo-saxons…

Depuis le début de l’année, l’INSEE publiait une évolution des chiffres croissante du nombre d’auto-entreprise dans l’Hexagone. Même si le phénomène a ralenti depuis le début de l’été, il n’en reste a priori pas moins positif comme en témoigne le rapport commandé par Hervé Novelli à un comité qui avait en charge d’étudier les chiffres de ce nouveau statut. A priori, l’auto-entreprise génère de l’argent sans en coûter. 1 auto-entrepreneur sur 4 avoue même avoir officialisé par ce biais une activité qui demeurait occulte jusque-là…

Sur le milliard d’euros de chiffre généré par le dispositif, près de 250 millions auraient donc été réinjecté dans l’économie ! Un bon point qui ne résoud en revanche pas un autre problème qui consiste à évaluer l’impact du système sur la création d’entreprises traditionnelles. Par ailleurs, s’il met le pied à l’étrier à certains entrepreneurs en herbe, la transformation obligatoire de ce statut vers une forme juridique standard laisse planer le doute quant à la pérénité de certaines entreprises quand le poids des charges réelles les rattrapera. A suivre d’ici le milieu 2011…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*