Le chômage impacte le rachat de crédit dans quelles proportions ?

dans News/Rachat de crédit

On parle beaucoup du chômage depuis que le nombre de demandeurs d’emploi a cru de quelque 330 000 personnes depuis le début de l’année et que pour la première fois, le nombre de chômeurs de catégorie A a baissé de 18 600 personnes en juin. Les chiffres du chômage ne sont pas sans conséquence pour notre économie et impactent divers secteurs financiers et bancaires. Les acteurs du rachat de crédit n’échappent pas à la règle et observent l’évolution du chômage avec attention. Le secteur bancaire est particulièrement touché par le phénomène, car une personne au chômage n’est plus considérée comme solvable aux yeux d’une banque et ne peut donc plus prétendre au moindre financement. Que la montée du chômage impacte le rachat de crédit comme d’autres financements est donc une certitude, le tout est de préciser dans quelles proportions.

C’est ce qui est difficile à établir. La France compte désormais un peu plus de 3.5 millions de chômeurs si l’on comptabilise les différentes catégories de demandeurs d’emploi. Ces chiffres représentent environ 10 % des actifs de notre pays ! Cela signifie que dans l’absolu, 1 français sur 10 est d’emblée exclu du système bancaire standard en raison de son insolvabilité. Cette règle s’applique d’autant plus sévèrement au domaine du rachat de crédit qu’il s’agit qui plus est d’un public surendetté, de sorte que les banques ont des critères encore plus draconiens. L’employé en CDD ou qui réalise des missions d’intérim à répétition qui sont parfois entrecoupées de périodes de chômage sont ainsi également exclus du champs d’intyervention des banques du rachat de crédit…

Le chômage impacte donc le rachat de crédit au même titre que les autres secteurs financiers, mais à la différence que la moindre faille qui peut faire l’objet d’une éventuelle discussion dans le cadre d’un autre financement devient rédhibitoire !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*