Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Rachat de crédit : Le crédit renouvelable au coeur de l’actualité.

dans News/Rachat de crédit

Le crédit renouvelable, encore appelé crédit revolving, est décidément au coeur de l’actualité. Entre les offres promotionnelles des organismes financiers pour les achats de fin d’année, les directives européeennes relatives au crédit à la consommation et le tout récent rapport du sénateur Marini sur « l’encadrement du credit renouvelable et du rachat de crédit », ce produit fait l’objet de la plus grande attention des pouvoirs publics.

A tel point que la ministre de l’économie, Christine Lagarde, avait fait appel il y a quelques temps au cabinet privé Athling afin d’avoir une idée précise de la chose avant de présenter un éventuel projet au Comité Consultatif du secteur financier. Le cabinet a établi un état des lieux des plus intéressants : il y aurait à l’heure actuelle 43 millions de comptes de credit revolving dans l’Hexagone dont 20 millions sont actifs. Un chiffre très important qui couplé au fait que seuls 9 % des ménages français affirment avoir recours à ce type de finacement signifierait que les foyers concernés disposeraient de 8 crédits de ce type chacun en moyenne. Effrayant et d’autant plus dramatique que ce sont ces foyers qui recourent sans doute à la commission de surendettement, car leurs revenus annuels sont estimés entre 11 et 20 000 €uros…

Parmi la grande catégorie des prêts personnels en tout genre, le credit renouvelable représente environ 40 % des crédits de ce type. C’est notamment pour cette raison que le sénateur Philippe Marini souhaitait encadrer ces pratiques. Mais les options de ce dernier auront sans doute paru trop sévères, car interdire la vente du revolving dans des grandes surfaces serait par exemple de nature à freiner la consommation délà en berne dans notre beau pays. Donc, Christine Lagarde préfèrera sans doute un rapport plus mitigé qui prévoit à titre d’exemple que lors d’un rachat de crédit, les crédits renouvelables remboursés débouchent sur une radiation des fichiers commerciaux des sociétés de crédit ou bien encore qu’un crédit revolving devienne en partie amortissable afin que la somme due diminue obligatoirement dans le temps.

Dans tous les cas, Christine Lagarde doit gérer l’épineux problème d’un crédit qui d’une part soutient la consommation et d’autre part alimente le surendettement : un casse-tête !

Derniers articles de News

Retour en haut