Le rachat de crédit refinance surtout le crédit à la consommation !

dans News/Rachat de crédit

Le phénomène du rachat de crédit importé des Anglo-Saxons s’est depuis longtemps démocratisé en France. Son évolution a été de pair avec l’explosion du crédit à la consommation sous toutes ses formes qu’il soit revolving ou réserve d’argent. Ces opérations sont mêmes devenues tellement courantes que de nombreux ménages ont envisagé un rachat de crédit sans que ce dernier soit vraiment nécessaire. Certaines confusions sont mêmes apparues telles que l’amalgame entre renégociation de crédit immobilier et restructuration de crédit toutes deux appelées rachat de crédit immobilier. Or un rachat de crédit immobilier ou non ne refinance pas tout et n’est jamais aussi efficace que lorsqu’il a pour objet de racheter du crédit à la consommation.

Car c’est souvent l’accumulation des crédits à la consommation et plus particulièrement des revolving et autres réserves d’argent qui génère un endettement excessif nécessitant un rachat de crédit. Il n’est pas rare qu’un ménage se laisse entrainer dans la spirale de l’argent facile qui finit par étouffer les finances du foyer. 4, 7 ou encore plus de crédits à la consommation étouffent et doivent être regroupés pour améliorer son reste à vivre et son endettement. C’est dans ce cas que le rachat de crédit est d’une efficacité redoutable. 10 crédits à la consommation peuvent représenter des mensualités de 1 000 €uros par mois, voire plus alors que le montant des créances correspondantes peut être de 30 000 €uros.

On comprend aisément alors pourquoi un rachat de prêt à un taux de 7 % réduit ces 1 000 €uros à quelque 450 euros sans envisager une durée longue (en l’occurrence 7 ou 8 ans suffisent) et sans donner de bien en garantie. Que vous soyez propriétaire ou locataire, un tel financement est accessible à tous sous forme de prêt personnel. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si 52 % des rachats de crédits sont réalisés sous cette forme !

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*