Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Les aspects « low-cost » du rachat de crédit

dans Rachat de crédit

Comme le souligne l’un des récents articles de l’Hebdomadaire Le Point :

Le consommateur est devenu impitoyable. Informé, connecté, réactif, il traque tout ce qui est moins chers. C’est la nouvelle culture low cost.

Cette recherche de l’article quel qu’il soit concerne bien entendu tous les domaines et notamment celui de la planète finance en général et du rachat de credit en particulier.

On peut presque affirmer que le rachat de crédit est une activité financière « low cost » par essence et ce pour deux raisons. La première, c’est que ce type de crédit a toujours été accessible au consommateur sans que ce dernier soit obligé d’ouvrir un compte, de domicilier ses revenus ou encore de gérer ses dépôts. Le rachat de crédit est une opération unique qui ne nécessite pas diverses opérations puisque les banques spécialisées dans ce domaine ne détiennent pas de comptes courants ! La seconde raison est le caractère comparatif du rachat de crédit. Ces articulations sont apparues sur la toile avec le formidable essor d’internet comme divers types d’activités. Par principe, un internaute trouve plusieurs offres et compare ces dernières pour envisager ce qui lui semble le plus intéressant : c’est du low-cost. D’ailleurs l’idée a depuis longtemps été exploitée par la création de nombreux sites qui se veulent comparateurs…

Le rachat de crédit est donc dans son concept très « low-cost », mais ses déclinaisons se veulent de plus en plus compétitives de sorte que le principe est d’autant plus creusé… Comme dirait Philippe Moati, professeur d’économie à Paris VII :

Celui qui paie le prix normal parait presque stupide…

La conséquence en est une recherche permanente des annonceurs de rachat de crédit. Il faut du produit sécurisé tout en étant le moins cher possible. Et puis il faut des produits offrant des articulations souples et flexibles : tel est le prix à payer pour faire signer un client.

Cette flexibilité passe par le choix de son assurance, les possibilités de modularité, c’est-à-dire raccourcissement ou rallongement de durée, l’option d’une trésorerie complémentaire, etc. Mais aussi et surtout de ne pas avoir à payer des pénalités de remboursement anticipé…

En ces temps difficiles, les banques ont du mal à financer par pénurie de liquidités, mais pour vivre ou survivre, elles vont devoir offrir des prestations qui sauront convaincre le consommateur !

Derniers articles de Rachat de crédit

Lorem ut mattis neque. commodo ante. leo tempus leo. quis
Retour en haut