Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Les banques françaises sont bénéficiaires sur 2008

dans Finance/News

C’est dans un contexte qui se veut rassurant quant à la santé financière des grandes banques françaises que le Palais Bourbon a ouvert ce matin ses portes avec un contrat à terme Matif CAC 40 en très nette hausse de 2.13 % à 2 967.52 points. Cette tendance s’inscrit notamment dans le sillage des titres Société Générale et Peugeot qui s’envolent tous deux de plus de 8 %.

Il s’agit sans doute là des espoirs que les investisseurs placent dans les plans de relance de l’Etat au profit des secteurs bancaire et automobile. On notera d’ailleurs à ce sujet que toutes les banques françaises sont bénéficiaires sur l’exercice 2008. C’est précisément ce sur quoi s’interrogent ce matin les Echos dans leur édito en se demandant pourquoi des banques en bonne santé vont recevoir 10 milliards d’€uros alors que d’autres secteurs sont dans la tourmente. La réponse réside sans doute dans le fait que de la bonne santé des banques résulte l’alimentation en crédits de toute l’économie française et que par ailleurs, ce prêt d’état rapportera pas mal de sous puisque ce dernier est indéxé de 400 points de base, soit quelques 400 millions d’euros d’intérêts pour une année ! En France toujours, on notera que la consommation des ménages a fléchi de 0.9 % en décembre malgré les fêtes, contrairement à novembre qui avait vu une hausse de cette consommation de 0.3 %.

L’actualité économique internationale est par ailleurs animée par les mauvais chiffres de l’économie japonaise et par l’inquiétude grandissante du côté de l’économie chinoise. Le Japon a vu ses exportations chuter de 35 % en décembre ce qui engendre un déséquilibre commercial qui oblige le gouvernement à s’interroger sur ses grandes orientations. Pour l’heure, les pouvoirs publics évoquent la possibilité d’acheter en direct des obligations d’entreprises afin de soutenir leur économie. De son côté, la Chine inquiète en raison du ralentissement de sa croissance économique : cette dernière s’établissait à 13 % en 2007 et son rythme annuel 2008 a baissé de 4 points pour s’élever à 9 % en tenant compte d’un fléchissement très accentué au dernier trimestre puisque lors de cette période la croissance n’était « plus » que de 6.8 %…

Enfin, du côté des principales devises et matières premières, on soulignera la constance de la parité €uro/Dollar qui s’établit à 1.30 et la remontée du baril de brut à 43 $.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de Finance

eget dictum adipiscing consequat. dapibus luctus elit. libero.
Retour en haut