Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Les conditions du rachat de crédit devraient s’améliorer avec la hausse dans l’immobilier ancien et la baisse des taux

dans News/Rachat de crédit

Depuis plusieurs mois maintenant, les conditions de crédit et d’emprunt en général s’étaient détériorées pour les consommateurs en raison de la hausse des taux, de la baisse de l’immobilier sur fond de forte inflation sur le premier semestre 2008 (3.2 %). Un certain nombre d’indicateurs laissent penser que ces mêmes conditions, en nette amélioration, sont très probablement en train de resolvabiliser des ménages qui avaient perdu tant de pouvoir d’achat qu’ils en avaient été écartés du marché de la transaction financière en général. Ceci s’applique aussi au rachat de crédit dont les conditions devraient s’améliorer avec la hausse dans l’immobilier ancien de 3 % en avril, la baisse des taux ainsi que la faible amplitude de l’indice des prix à la consommation des ménages constatée par l’INSEE la semaine passée.

Premier élément, les taux poursuivent leur détente : longtemps, les banques ont freiné avant de répercuter la baisse des taux directeurs et celle des principaux taux à court terme sur leurs taux nominaux. Il semble que ce mouvement soit désormais plus nettement amorcé ! Les taux révisables vont poursuivre leur détente vers les 3.5 % en révisable et vers les 5.25 à 5.5 % en fixe dans le domaine du rachat de crédit.

Second élément : le fléchissement de la baisse de svaleurs immobilières. La FNAIM vient en effet de publier dans son baromètre ancien une surprenante remontée de 3 % des prix dans l’immobilier ancien en avril. Ceci constitue une nouvelle d’une grande importance pour les propriétaires souhaitant être restructurés et qui vont avoir des biens dont la valeur nominale sera sans doute moins revue à la baisse, voire stabilisée dans les mois à venir. De bonne augure pour les ratio hypothécaires tellement mis à mal ces derniers temps…

Enfin, l’inflation est tellement faible qu’elle n’est plus au rendez-vous : l’indice de l’augmentation des prix à la consommation des ménages a en effet cru de seulement + 0.2 % en avril, soit 0.1 % sur un an. L’inflation sous-jacente est quasi-nulle, du mamais vu depuis 50 ans ! Ceci est aussi très important, car cela implique que les prix n’ont pas augmenté ce qui est synonyme de stabilisation du pouvoir d’achat.

Si les prix se maintiennent alors que les taux baissent et que l’immobilier se stabilise, tout ceci pourrait être synonyme d’amélioration des conditions de crédit…que nous attendons tous !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

vel, Nullam Praesent Curabitur ipsum ante. Phasellus Donec porta. ut accumsan ultricies
Retour en haut