Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Les critères des banques en rachat de crédit ?

dans News/Rachat de crédit

Depuis que la crise financière sévit, ce n’est plus un secret pour personne que les banques ont resserré leurs critères pour des raisons de difficultés de refinancement sur les marchés ou bien encore par recrudescence des impayés.

Cet état des lieux est tout aussi valable pour les crédits immobiliers, les prêts conso que pour le rachat de crédit. Quels sont donc désormais les critères que les banques du rachat de crédit retiennent pour octroyer un non un crédit ?

Historiquement, les banques ont toujours retenu trois critères fondamentaux pour octroyer un crédit : le ratio d’endettement des emprunteurs, la couverture immobilière de ces derniers s’ils sollicitent un prêt hypothécaire ainsi que le mode de consommation du foyer. Le ratio d’endettement était jusqu’alors limité à 30 % des revenus (Loi Neiertz de 1989), au-delà il fut longtemps impossible d’emprunter. Cet aspect des choses fut dépassé depuis quelques années avec la notion de reste à vivre qui a permis de dépasser ce chiffre. En effet, les banques considéraient que des bons revenus permettaient d’emprunter au-delà des 30 % d’endettement, car une fois les charges courantes, les impôts et le nouveau prêt payé, le reliquat était nettement suffisant pour ne pas encourir de risques. Ainsi des prêts de rachat de crédit furent octroyés avec des endettements plus lourds.

Aujourd’hui, les resserrements de critères des banques portent notamment sur l’endettement qui est considéré avec plus de sévérité. Des endettements lourds sont à nouveau mal considérés tout comme les rapports entre le montant du prêt octroyé et la valeur du bien immobilier (appelé encore ratio hypothécaire). La crise est passée par là et l’immobilier baisse de sorte que les valeurs de biens retenues sont infèrieures. Le second durcissement des critères porte donc sur les ratio hypothécaires.

Enfin, le mode de vie, c’est à dire la consommation des ménages est épluché de très près par les banques. Des clients qui dépenseraient plus qu’ils ne gagnent seraient également mal appréhendés ou bien si dans le calcul des organismes financiers les dépenses courantes seraient selon elles entamées malgré la restructuration, alors le dossier serait aussi refusé. Que vous soyez locataire ou propriétaire, les critères se sont resserrés et il convient de ne pas avoir des caractéristiques sortant des sentiers battus. Dans ce registre, si vous sollicitez un deuxième rachat de crédit, il est aussi préférable de ne pas avoir repris trop de prêts à la consommation…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

libero Curabitur nec Donec leo ipsum accumsan sed
Retour en haut