Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Les critères du crédit immobilier idéal !

dans Banques/News

Le crédit immobilier idéal est aujourd’hui sans incarné par les formules de prêt à taux zéro ou les éco-prêts en raison de l’absence d’intérêts d’emprunts. Le problème réside dans le fait que leurs possibilités sont restreintes à plusieurs titres du fait de leur affectation, de leur montant ainsi que de leur durée souvent plafonnée. Nous sommes donc tous obligés de contracter un crédit immobilier standard, dit principal, qui fait lui l’objet d’intérêts d’emprunts. En ce sens, un prêt immobilier idéal n’existe pas tout à fait, mais on peut malgré tout y aspirer en insistant sur un certain nombre de points qu’il faut exiger de son banquier lorsqu’on le rencontre. Quels sont les critères du crédit immobilier idéal ?

Comme le soulignait récemment le Mensuel économique Le Revenu dans l’un de ses articles « Meilleur Taux ne signifie pas forcément meilleur prêt ! ». Cette remarque est tout à fait juste, car il faut connaitre les différents aspects et les caractéristiques d’un produit dont la souplesse peut être infiniment plus importante sur un plan financier que la valeur d’un taux nominal ! A titre d’exemple, un produit ne faisant pas l’objet de pénalités en terme de remboursement anticipé est plus intéressant à un taux de 4 % qu’un produit à 3 % incluant des pénalités de l’ordre de 3 %. Et oui, la durée de vie moyenne des prêts immobiliers étant de 7 ans à peine, la plupart des emprunteurs paient de lourdes pénalités…et ce malgré un taux a priori attractif !

Mais le crédit immobilier idéal doit pouvoir allier les deux ! Pour de bons profils, il est en effet possible de solliciter à la fois un taux nominal attractif et des conditions de crédit qui doivent l’être tout autant. Aujourd’hui, un taux d’intérêts attractif a une valeur de 3.5 % à taux révisable et de 4.3 % à taux fixe. Pour l’heure, choisir un révisable peut être la bonne option à condition de connaitre son capage (prenez un + 1 %) et que son passage à taux fixe soit gratuit. Songez que l’Euribor 1 mois est sous la barre des 1 % tandis que l’Euribor 3 mois est à peine au-dessus ! Voilà pour le taux.

Concernant maintenant, les pénalités de remboursement anticipés, négociez-les âprement ! La Loi Scrivener II permet aux banques de demander jusqu’à 3 % de pénalités sur le capital restant du ou 6 mois d’intérêts d’emprunt. Faites sauter cette clause de votre offre de prêt. En cas de remboursement anticipé du prêt, faites en sorte de ne pas devoir un sou ! Mieux, précisez que ce n’est pas seulement en cas de remboursement sur vos deniers propres qu’il ne doit pas y avoir de pénalités, mais même en cas de rachat par une banque concurrente. Ce n’est pas facile, mais c’est parfois réalisable !

Négociez tout aussi âprement la nature et les conditions de la prise de garantie. Deux cas de figure s’offrent aux consommateurs en matière de crédit immobilier : l’affectation hypothécaire de premier rang et l’intervention d’un cautionnement mutuel. Privilégiez la seconde solution, car une société de cautionnement mutuel telle que Credilog ou Crédit Logement représente souvent un coût inférieur aux frais notariés. En outre, une partie de la caution vous est restituer à l’issue du prêt, ce qui n’est pas non plus le cas d’une inscription hypothécaire. Enfin, prenez garde aux clauses de non aliénation du bien que vous trouverez ou non dans le contrat de la dite société. En effet, beaucoup de personnes ne savent pas qu’un prêt cautionné fait malgré tout l’objet d’une prise de garantie sous cette forme de sorte que le bien ne peut plus être éventuellement hypothéqué par la suite pour cette raison.

Enfin pour être complet, n’oubliez pas que la souscription d’un crédit immobilier ne vous oblige légalement pas à domiciler vos revenus dans la banque qui octroie le prêt. Elles le demandent toutes, mais ce n’est pas obligatoire. Si vous êtes bien dans votre banque de dépôt actuelle, restez-y et n’ouvrez qu’un compte destiné à alimenter votre nouveau crédit. Ayez à l’esprit que ce n’est pas votre crédit immo qui intéresse la banque, mais votre compte courant, car vous êtes susceptibles de prendre d’autres produits financiers à terme…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de Banques

nunc ultricies Aenean Praesent Nullam pulvinar neque. quis leo
Retour en haut