Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Les rachats de crédit touchés par la réforme du crédit à la consommation ?

dans News/Rachat de crédit

Les opérations de rachats de crédits ayant pour objet fondamental de racheter des crédits à la consommation devenus trop lourds pour les empunteurs, il parait légitime pour les acteurs de ce marché de se demander dans quelle mesure les rachats de crédits seront touchés par la réforme du crédit à la consommation à l’heure où Christine Lagarde présente son projet de loi en Conseil des Ministres.

Ce que l’on sait, c’est que 20 millions de crédits revolving sont en circulation dans l’Hexagone, ce qui représente 45 % du nombre total de crédits à la consommation existant sur le marché. Un nombre d’encours en forte progression depuis quelques années qui contribue à l’endettement excessif de nombreux foyers. Les associations telles que UFC Que choisir réclamaient l’interdiction pure et simple de cette forme de crédit. Crédits renouvelables et réserves d’argent étaient donc dans leur ligne de mire et leur suppression, qui ne semble pas avoir été retenue par Christine Lagarde, aurait sans doute eu un effet sur les rachats de crédits. Ces derniers sont en effet particulièrement efficaces lorsqu’il s’agit de racheter plusieurs réserves d’argent à taux élevés sur une durée plus longue à un taux fixe beaucoup plus bas. De telles opérations réduisent l’endettement de manière drastique.

Mais la réforme du crédit à la consommation semble porter sur d’autres aspects qui ne donnent pas l’impression de modifier beaucoup la donne pour le rachat de crédit. Rallonger le délai de rétractation de 7 à 14 jours changera-t-il vraiment le recours au crédit renouvelable ? Rien n’est moins certain…Obliger les organismes commercialisant ces produits à consulter au préalable le fichier national des incidents de crédit et de paiement : nombre de spécialistes du crédit confirmeront que c’était déjà le cas précédemment ! Transformer le plus souvent les revolving en prêts personnels amortissables, très franchement de nombreux établissements de crédit pratiquaient déjà la chose auparavant. Reste peut-être l’utilisation plus encadrée de la réserve d’argent associée à une carte de paiement : le fait que son actionnement sera dépendante d’une confirmation contractuelle incitera peut-être moins de consommateurs à l’utiliser de fait, mais ce n’est pas non plus assuré !

Lien utile : rachat de crédit et courtier en ligne

Lien utile : les offres du rachat de crédit

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

consequat. amet, ante. ipsum commodo Curabitur pulvinar tempus adipiscing vulputate, risus.
Retour en haut