Le luxe soutient le marché européen, les banque soutiennent Wall Street

//
finance trading bourse

Les actions européennes ont clôturé en hausse mercredi au moment où Wall Street était également dans le vert à la mi-séance. La tendance positive des actions étant tirée par les résultats du quatrième trimestre qui ont généralement dépassé les attentes des entreprises. Voici plusieurs éclairages sur la situation.

Le CAC 40, porté par le marché du luxe

La Bourse de Paris a clôturé en légère hausse mercredi, le Cac 40 était en hausse de 0,55% à 7 172,98, après une journée de chute sous la pression des rendements obligataires. Aujourd’hui, les investisseurs ont salué les premières publications trimestrielles en Europe, notamment Burberry et Richemont du secteur du luxe, ainsi que les résultats rassurants de Morgan Stanley et Bank of America.

Porté par Hermès, Kering et LVMH, le Cac 40 a fini par s’apprécier malgré de nouvelles hausses des taux du marché de la dette. Dans la zone euro, les rendements des obligations souveraines allemandes à 10 ans sont revenus en territoire positif pour la première fois depuis 2019. En Allemagne, la hausse des prix à la consommation s’est confirmée à 5,7%, ce qui, bien qu’en ralentissement par rapport à novembre, reste bien au-dessus de l’objectif de la Bundesbank, et donc de la BCE.

Si la Réserve Fédérale américaine est étroitement surveillée pour sa prochaine politique monétaire, L’Europe ne sera pas épargnée, avec une inflation qui s’est accélérée à 5,4% en un an au Royaume-Uni, le plus haut niveau depuis 1992, suscitant la crainte d’une nouvelle restriction de la Banque d’Angleterre après celle de décembre.

En revanche, du côté des baisses, ASML a chuté de 2,3 % malgré l’annonce d’une prévision de croissance des ventes de 20 % cette année. Le géant des équipements de fabrication de semi-conducteurs a déclaré qu’il n’avait pas encore reçu l’approbation des États-Unis pour vendre sa nouvelle machine de lithographie en Chine.

M6 et TF1 ont cédé respectivement 8,06 % et 7,3 %, après la sortie du capital de M6. Les actions de la biotech nantaise Valneva ont chuté de 12% après que l’Agence européenne des médicaments a demandé plus d’informations sur son candidat vaccin contre le COVID-19. Cependant, le marché n’a pas ignoré les évolutions du marché des taux d’intérêt dues à la perspective de la normalisation de la politique monétaire de la Fed.

Wall Street soutenu par les banques

À la clôture européenne, le Dow Jones était en hausse de 0,2 %, le S&P 500 était en hausse de 0,1 %, tandis que le Nasdaq était presque stable. Alors que les économistes ne s’attendent pas à ce que la BCE relève ses taux avant la fin de l’année, les marchés des actions et de la dette de la zone euro sont largement interconnectés avec le rendement des obligations américaines à 10 ans, qui a atteint 1,86 % contre 1,5 % à la fin de l’année dernière sur le marché américain. La Fed devrait relever ses taux d’intérêt à quatre reprises en 2022, dont une hausse d’un demi-point en mars, contre 0,25 points auparavant.

À New York, l’indice a peu bougé malgré le soutien des banques. Bank of America et Morgan Stanley ont augmenté de 4 %. Le premier a annoncé un bénéfice par action de 83 cents, contre des attentes de 77 cents, aidé par une reprise de ses activités de banque de détail et d’investissement et des provisions de crédit liées à la pandémie.

Le second a battu le consensus de 10 cents par action, notamment soutenu par de solides revenus de ses activités de conseil et une augmentation de 13% de ses revenus de transactions après une saison de fusions et acquisitions. Dans le Dow Jones, Procter & Gamble a augmenté de 3% alors que le géant des biens de consommation a relevé ses prévisions de ventes et de bénéfices après avoir dépassé les attentes pour le deuxième trimestre.

Précédent

Des avantages fiscaux pour inciter les entreprises à acheter des véhicules électriques

Suivant

Le géant américain Walmart dépose des brevets pour créer ses propres NFT

Derniers articles de Banques