La Maison Blanche demande à l’OPEP d’augmenter la production de pétrole

/
maison blanche, USA
La Maison Blanche, USA - ©David Everett Strickler, CC0 Unsplash Creative Commons

La Maison Blanche appelle l’OPEP (l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) et ses alliés producteurs de pétrole à augmenter la production afin de lutter contre la hausse des prix de l’essence, alors que l’on craint que la hausse de l’inflation ne fasse dérailler la reprise économique suite au Covid.

Entretien au sommet

Des responsables de l’administration Biden se sont entretenus cette semaine avec des représentants du leader de facto de l’OPEP, l’Arabie saoudite, ainsi qu’avec des représentants des Émirats arabes unis et d’autres membres de l’OPEP+.

La Maison Blanche a déclaré que l’accord conclu en juillet par le groupe pour augmenter la production de 400 000 barils par jour sur une base mensuelle à partir d’août et jusqu’en 2022 n’est « tout simplement pas suffisant » à un « moment critique de la reprise mondiale ».

Nous nous engageons avec les membres concernés de l’OPEP+ sur l’importance des marchés compétitifs dans la fixation des prix.

a déclaré le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan dans le communiqué obtenu par CNBC.

Des marchés énergétiques compétitifs garantiront des approvisionnements énergétiques fiables et stables, et l’OPEP+ doit faire davantage pour soutenir la reprise.

Les prix de l’essence flambent

Les prix de l’essence ont grimpé cette année en raison de la reprise de la demande de produits pétroliers. La moyenne nationale pour un gallon d’essence était de 3,186 $ mardi, selon l’AAA, contre 3,143 $ il y a un mois. Au cours de l’année dernière, les prix ont augmenté d’un peu plus d’un dollar.

En mai, la moyenne nationale a franchi la barre des 3 dollars pour la première fois depuis 2014.

Le président Biden reconnaît que les prix de l’essence peuvent mettre à mal le budget familial

a déclaré un haut responsable de la Maison Blanche, qui a demandé à ne pas être identifié pour parler franchement de la question.

Il aimerait que son administration utilise tous les outils dont elle dispose pour s’attaquer au coût de l’essence, pour aider à faire baisser ces prix.

Le bond des prix de l’essence survient dans la foulée d’un rebond des prix du pétrole. En avril 2020, les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate, la référence pétrolière américaine, ont plongé en territoire négatif pour la première fois dans l’histoire, la pandémie ayant sapé la demande de produits pétroliers.

Puit de pétrole
Puit de pétrole – ©Zbynek Burival, CC0 Unsplash Creative Commons

En avril 2020, l’OPEP+ a pris la décision sans précédent de retirer près de 10 millions de barils par jour du marché afin de soutenir les prix, tandis que les producteurs américains ont également réduit leur production.

Ces réductions de l’offre, associées à une reprise de la demande, ont fait repasser le WTI au-dessus de 70 dollars le baril, même si le contrat s’est légèrement éloigné de ce niveau au cours des dernières séances.

L’OPEP+ retient toujours environ 6 millions de barils par jour, qu’elle prévoit de remettre progressivement sur le marché. La dernière réunion du groupe s’est terminée dans le désarroi après que les Émirats arabes unis ont contesté leur quota de base, plongeant brièvement le marché pétrolier dans la tourmente. Le groupe est finalement parvenu à un accord plus tard en juillet.

Les producteurs américains ont également fermé les robinets au plus fort de la pandémie, et ils ont mis du temps à relancer la production. Selon les dernières données de l’Energy Information Administration, la production américaine s’est élevée en moyenne à 11,2 millions de barils par jour en mai, ce qui représente une baisse par rapport aux 13 millions de barils enregistrés avant la pandémie.

Les consommateurs ressentent la douleur à la pompe, et ce ne sont pas seulement les prix de l’essence qui sont en hausse.

L’indice des prix à la consommation a augmenté de 5,4 % en juillet, a annoncé mercredi le ministère du travail. Ce chiffre est conforme à celui de juin, qui constituait la plus forte hausse mensuelle depuis août 2008.

Bien que le coût des carburants ait bondi au cours de l’année écoulée, un haut responsable de la Maison-Blanche s’est empressé de souligner que les prix de l’essence sont encore inférieurs à ce qu’ils étaient au début des années 2010.

Action de la FTC

L’administration Biden demande également à la FTC (Federal Trade Commission) de « surveiller le marché américain de l’essence » et de « s’attaquer à toute conduite illégale qui pourrait contribuer à l’augmentation des prix pour les consommateurs à la pompe ».

La lettre du Conseil économique national à la FTC demande à l’organisme de réglementation d’examiner les facteurs contribuant à la hausse des prix de l’essence afin de s’assurer que les consommateurs ne paient pas une facture injuste.

« Avec son ensemble d’outils permettant de surveiller les prix de l’industrie, d’examiner les activités de fusion et d’acquisition, de mener des études de marché et d’enquêter sur les manipulations de marché et les pratiques anticoncurrentielles, la FTC est bien placée pour diriger les efforts visant à évaluer ce qui se passe sur le marché américain de l’essence et prendre toutes les mesures nécessaires pour remédier aux comportements illégaux », indique la lettre.

Le NEC invite également la Federal Energy Regulatory Commission, la Commodity Futures Trading Commission et les procureurs généraux des États à se saisir de la question.

Savoir que la FTC examine de près ce marché pourrait avoir un impact relativement rapide

a déclaré le haut fonctionnaire de la Maison Blanche.

Il vaut la peine que les acteurs de ce marché reconnaissent que cette agence dotée d’un pouvoir d’exécution examine attentivement ce qui se passe.

Source CNBC

Précédent

Des milliers de cryptomonnaies créées en 2021

Suivant

Bourse : les tendances stagnent

Derniers articles de Finance