Après Wall Street et l’Asie, les marché européens attendus en baisse ce mercredi

/
traders trading indices boursiers

Après Wall Street et la plupart des marchés asiatiques, les principales actions européennes devraient poursuivre leurs replis mercredi, la hausse des rendements obligataires continuant de favoriser la libération des actions, les valeurs technologiques ouvrant la voie. Tour d’horizon sur la situation.

Les marchés encore en baisse ce mercredi ?

Les principales actions européennes devraient chuter mercredi alors que les rendements obligataires ont de nouveau augmenté avant la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale. Une semaine avant la réunion de politique monétaire de la Fed, les rendements du Trésor américain ont fortement augmenté sur les marchés asiatiques, et certains investisseurs n’ont pas exclu que la Fed accélère encore la réduction des achats de titres sur le marché avant de commencer à relever les taux d’intérêt en mars. Les variations des rendements des bons du Trésor américain ont encore dominé le sentiment général au cours de la semaine précédant la décision de la Fed, ce qui pourrait signaler une accélération du resserrement de la politique monétaire.

Outre les inquiétudes liées à la politique monétaire, les prix du pétrole ont continué de grimper pour atteindre leurs plus hauts niveaux depuis 2014, ainsi que les tensions géopolitiques principalement autour de l’Ukraine.

Dans ce contexte, les investisseurs surveillent de près les données d’inflation du Royaume-Uni et de l’Allemagne attendues avant l’ouverture du marché européen. Les contrats à terme sur indices ont montré le Dax de Francfort en baisse de -0,45%, le FTSE 100 de Londres en baisse de -0,51% et l’EuroStoxx 50 en baisse de -0,55%.

Le CAC 40 en baisse

Quant au CAC 40 à Paris, selon la première indication disponible, il devrait chuter de 0,5%. Le CAC 40, comme le Stoxx Europe 600, a chuté lors de trois des quatre dernières séances.

La session sera animée par une multitude de résultats en provenance d’Europe et des États-Unis, notamment ceux d’ASML, Bank of America, Morgan Stanley et Procter & Gamble.

Une conjoncture d’événements défavorables

La Bourse de New York a clôturé en forte baisse mardi, les valeurs financières ayant souffert des résultats plus faibles que prévu de Goldman Sachs, tandis que les valeurs technologiques ont souffert de la hausse des rendements obligataires. Goldman Sachs a chuté de 6,97 % après avoir annoncé un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes. Par la suite, le S&P du secteur financier a chuté de 2,3 %.

Le Dow a perdu 1,51%, soit 543,34 points à 35 368,47 Le S&P 500 a perdu 85,74 points (-1,84%) à 4 577,11 et le Nasdaq Composite a perdu 386,86 points (-2,60%) à 14 506,90.

Le Nasdaq est maintenant en baisse de 9,7 % par rapport à son sommet de clôture du 19 novembre, il est donc très proche du territoire de correction, sa première baisse de 10 % depuis le début de l’année dernière. Il a également clôturé sous la moyenne mobile à 200 jours pour la première fois depuis avril 2020, un seuil technique important.

Les prix du pétrole, placés au centre de l’attention

Les prix du pétrole, qui sont également au coeur de l’attention, ont augmenté pour une quatrième session consécutive et ont atteint leur plus haut niveau en sept ans. Alors qu’un oléoduc reliant l’Irak et la Turquie a fermé après une explosion de source indéterminée, cela s’ajoute à une liste des facteurs susceptibles de restreindre encore l’offre mondiale.

D’après certaines estimations, le baril de pétrole pourrait atteindre les 100 dollars en 2022. Actuellement, le brut Brent a augmenté de 1,33 % à 88,67 $ le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a augmenté de 1,44 % à 86,66 $. Les deux étaient à leur plus haut niveau depuis octobre 2014.

Précédent

Investir dans un logement énergivore, une opportunité pour l’immobilier locatif ?

Suivant

Frais bancaires pour vos retraits d’argent : comment les éviter ?

Derniers articles de Bourse