Microsoft interdit le minage des cryptos en proof-of-work

/
microsoft

Alors que de nombreuses institutions semblent vouloir s’en prendre à l’industrie minière, une entreprise bien connue ajoute une pression supplémentaire aux mineurs de crypto-monnaies. Au cours des deux dernières semaines, Microsoft a explicitement interdit à certains de ces utilisateurs d’exploiter Bitcoin et d’autres crypto-monnaies reposant sur le protocole de la preuve de travail.

Le minage interdit sans accord écrit

Dernièrement, les plateformes cloud semblent mener une guerre sans merci contre les crypto-monnaies. Google Cloud, OVHCloud, Amazon Web Services, Oracle ont tous décidé d’interdire le minage sur leurs services. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que Microsoft n’imite ses concurrents.

Alors que Microsoft est très intéressé par le Web3, malheureusement, le géant du logiciel ne semble pas très à l’aise avec le minage de crypto-monnaies basé sur la preuve de travail, comme le Bitcoin.

Mercredi dernier, la société de Redmond a mis à jour les conditions d’utilisation d’Azure. Son but, vous l’aurez deviné, est de bannir à son tour les crypto-monnaies sur ses serveurs.

« Le minage de crypto-monnaies est interdit sans l’accord préalable de Microsoft » depuis mercredi dernier, selon le nouveau règlement en vigueur.

Bien entendu, cette nouvelle règle ne s’applique pas au système d’exploitation Windows, mais aux utilisateurs de la plateforme cloud de Microsoft. En effet, ils ne sont plus autorisés à miner des crypto-monnaies, qui nécessitent de la puissance de calcul, sur le service cloud de l’entreprise, comme le rapporte The Register.

Désormais, l’accord écrit de l’entreprise doit être obtenu pour poursuivre ses activités minières. Autant vous dire que nous ne nous attendons pas vraiment à ce que cette autorisation soit donnée régulièrement car Microsoft insiste sur les dangers liés à ce type de minage.

« Ni le client, ni ceux qui accèdent à un service en ligne par l’intermédiaire du client, ne peuvent utiliser un service en ligne pour miner de la crypto-monnaie sans l’approbation écrite préalable de Microsoft. » indique Microsoft dans ses conditions d’utilisations.

En conséquence, les utilisateurs, y compris ceux qui ont des abonnements payants, devront se décider à arrêter de telles activités sur Azure, le service de cloud computing en ligne de Microsoft. Cependant, il y a encore de l’espoir pour certains mineurs de crypto-monnaie. En effet, la multinationale a expliqué que les utilisateurs autorisés par Microsoft pourront poursuivre leurs activités de crypto mining.

Des risques de cyberattaques et des frais trop élevés

Dans une interview avec The Register, Microsoft a affirmé que l’extraction de crypto-monnaie peut être “perturbatrice et même nuisible aux services en ligne et à leurs utilisateurs”.

Pour Microsoft, l’initiative confirme que cette nouvelle mesure est nécessaire pour protéger les utilisateurs. Selon la multinationale américaine, les crypto-monnaies sont souvent associées à des activités frauduleuses et d’escroquerie.

Difficile de lui donner tort sur ce dernier point, car les arnaques aux crypto-monnaies ont explosé ces dernières années. Il n’est donc pas surprenant que Microsoft cherche également à se protéger d’éventuelles protestations d’utilisateurs malchanceux qui tomberaient dans le piège.

« L’extraction de cryptomonnaies peut souvent être liée à la cyberfraude et aux attaques abusives telles que l’accès et l’utilisation non autorisée des ressources des clients. Nous avons apporté cette modification pour protéger davantage nos clients et atténuer le risque de perturbation ou d’altération des services Microsoft Cloud. » ajoute Microsoft dans un communiqué.

Néanmoins, la société a en outre précisé que l’exploitation minière “peut être envisagée pour des tests et des recherches pour des détections de sécurité”.

Mis à part le raisonnement de Microsoft sur la fraude ou les escroqueries possibles, l’exploitation minière consomme beaucoup de ressources en premier lieu. De ce fait, les équipements sont souvent mis à rude épreuve et les factures d’électricité peuvent rapidement devenir prohibitives pour les prestataires.

Le minage de ces cryptos devra donc se faire avec l’autorisation de Microsoft (probablement pas souvent). Cependant, d’autres poids lourds dans le domaine informatique sont plus enthousiastes à l’idée d’exploiter Bitcoin et d’autres crypto-monnaies. Début 2022, Intel a lancé Bonanza, sa propre puce et cryptomineur.

Précédent

Domiciliation d’entreprise : les étapes pour avoir une adresse légale

Suivant

Mazars, le cabinet qui a audité Binance et d’autres plateformes, suspend son activité dans le secteur crypto

Derniers articles de Crypto