Monnaie numérique : pourquoi les banques centrales s’y intéressent ?

/
Banque Centrale Européenne (BCE)
Banque Centrale Européenne (BCE) - ©oberaichwald, CC0 Creative Commons

Les monnaies numériques des banques centrales (MNBC) émergent sur la base des monnaies numériques émises par les banques centrales et du système réglementaire qu’elles régissent, car elles offrent des méthodes de paiement innovantes. Plusieurs banques centrales envisagent des projets, par exemple la Banque centrale européenne travaille sur un projet d’euro numérique.

Les MNBC : une méthode de paiement innovante

Alors que de nombreuses crypto-monnaies sont en chute libre, comme le Bitcoin, l’Ethereum, le stablecoin TerraUSD et bien d’autres, les monnaies numériques des banques centrales (MNBC ou CBDC en anglais) ont le vent en poupe. Les recherches de BanklessTimes montrent qu’entre 2019 et 2022, le nombre de pays intéressés par MNBC a augmenté de 160 %.

Cette monnaie numérique devrait devenir à terme une alternative au cash, aux paiements électroniques et aux crypto-monnaies. Un euro numérique soutenu par la Banque centrale européenne (BCE) traverse une phase expérimentale.

Toutefois, cette monnaie ne devrait pas voir le jour avant l’année prochaine, mais les fondamentaux sont là : l’équivalent d’un « billet numérique », une monnaie qui serait adossée à l’euro et adaptée aux transactions courantes.

MNBC est la forme numérique de la monnaie fiduciaire et est utilisée quotidiennement dans les pays où elle est la monnaie officielle (yuan chinois en Chine, euro dans les 19 États membres de la zone euro, yen japonais au Japon, etc.). Cette monnaie est émise, contrôlée et réglementée par la banque centrale de la zone monétaire ou du pays.

Cela signifie que la Banque centrale européenne sera le garant si un pays de la zone euro souhaite lancer une MNBC liée à l’euro (Digital Euro). Mais dans le cas de la France, elle pourrait aussi s’intéresser au MNBC : dans ce cas, ce serait la Banque de France qui la gère.

La monnaie numérique de la banque centrale (MNBC) est une méthode de paiement innovante pour les transactions de gros – impliquant de grandes transactions entre institutions financières – et de détail – impliquant de petites transactions entre particuliers, entreprises, secteur financier et secteur public.

Leur architecture, leurs opérations et l’écosystème de solutions privées qui en résulte reposent sur la monnaie numérique émise par la banque centrale et le système de réglementation qu’elle gère.

La blockchain au service des Etats et des particuliers

MNBC peut utiliser la technologie des registres distribués (blockchain) pour les paiements, surtout les gros paiements. Pour ces derniers, ces technologies constituent leur principale valeur ajoutée par rapport aux systèmes existants, déjà basés sur des monnaies émises par les banques centrales – comme le système TARGET2 utilisé au sein de l’UE – mais avec des systèmes de compensation et de règlement centralisé.

Ainsi, après des recherches qui ont généralement commencé au cours de la dernière décennie, certaines banques centrales ont commencé à déployer leurs MNBC de détail depuis 2020, tandis que les projets de MNBC de gros – qui sont presque systématiquement de nature transfrontalière – n’en sont pour l’instant qu’au stade conceptuel.

Pour les MNBC de détail, les banques centrales des économies avancées et émergentes ont des priorités différentes. Le premier veut d’abord protéger la capacité des particuliers et des entreprises à sécuriser les paiements de leurs achats et investissements du quotidien, tout en garantissant la souveraineté du système de paiement. Tandis que les derniers visent à améliorer l’inclusion financière – dans un pays où une grande partie de la population n’est pas bancarisée – et à accéder à des systèmes de paiement de détail sécurisés.

En 2014, la Chine a été l’un des premiers pays au monde à annoncer son intérêt pour une monnaie numérique de banque centrale. Après plusieurs années de recherche et de multiples expérimentations en 2020 et 2021, le yuan numérique est né et près de 200 millions de yuans ont été injectés pour tester la nouvelle monnaie numérique chinoise. En novembre 2021, 140 millions de Chinois utilisent le yuan numérique, et ont dépensé 8,5 milliards d’euros (62 milliards de yuans).

À l’échelle mondiale, les banques centrales ont manifesté un vif intérêt pour les MNBC. Cette dynamique s’explique d’abord par l’avance que la Chine a su prendre, mais aussi par le leadership d’autres pays comme le Nigeria en la matière.

De plus, l’engouement autour de l’existence de la technologie blockchain attire les banques centrales qui souhaitent, à leur tour, acquérir leurs monnaies numériques. Enfin, pour certains pays, cela représente un moyen de garantir une plus grande stabilité et inclusion financière que d’habitude.

Précédent

Immobilier en crise : moins de biens à louer, plus de biens à vendre

Suivant

SCPI : la tendance de l’investissement immobilier

Derniers articles de Crypto