NFT : le premier tweet remis aux enchères pour près de 50 millions de dollars

/
NFT : Non Fungible Token
NFT : Non Fungible Token - ©Amhnasim, CC0 Creative Commons

Le premier tweet du cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, acheté pour 2,9 millions de dollars il y a un an, est à vendre sur le marché NFT pour 48 millions de dollars.

50% des bénéfices iront à une ONG

Les NFT permettent aux artistes de vendre des œuvres d’art numérique. Mais la technologie a également permis de vendre des choses comme les 9 500 lignes de code qui ont créé le Web, la première page Wikipédia et même le premier tweet du fondateur de la plateforme Jack Dorsey.

Le co-fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a posté le 21 mars 2006 : “J’ai créé mon compte Twitter.” C’est-à-dire, en anglais : “Just set up my twttr.” Ces quelques mots sont maintenant en vente.

Il y a un an, la plateforme Valuables a commencé à vendre des tweets. Le message qui y figure est le premier tweet du fondateur Jack Dorsey (qui, soit dit en passant, est l’un des plus fervents partisans de Bitcoin).

Les NFT ont rapidement trouvé des destinataires. Celui-ci a été racheté par Sina Estavi, propriétaire de Bridge Oracle, une société malaisienne spécialisée dans la blockchain. Estavi a payé 2,9 millions de dollars pour le NFT, et actuellement, sa biographie Twitter indique qu’il était le propriétaire du premier tweet. L’entrepreneur l’achète directement à Jack Dorsey, un record à l’époque.

Mais aujourd’hui, Sina Estavi veut se séparer de sa propriété. Sur son compte, il a annoncé avoir décidé de revendre les NFT (au moment de la rédaction) pour l’équivalent de 49,2 millions de dollars, ou plus exactement 14 669 ETH. Dans sa publication, il a également déclaré qu’il reversera 50% de la somme à Direct Giving, une ONG qui fournit des fonds aux familles les plus pauvres du monde. Jack Dorsey a laissé entendre qu’il pourrait même donner 99 %. Sina Estavi a répondu que s’il voulait réinvestir dans la blockchain avec les 50% restants, il pourrait en effet augmenter le don.

Un marché au début de sa croissance

Les NFT, ces « jetons non fongibles », explosent en permanence. Il y a beaucoup d’engouement pour ces œuvres numériques de moins en moins obscures qui peuvent être échangées, avec des certificats de propriété numériques attachés grâce à une technologie appelée “blockchain”.

Les Échos rappellent que Le premier SMS de l’histoire, envoyé par l’opérateur Vodafone le 3 décembre 1992, a été vendu sous forme de NFT pour 107 000 € le mardi 21 décembre lors d’une vente aux enchères organisée par la Maison Aguttes en France. L’acheteur, qui n’a pas été spécifiquement identifié, est canadien et travaille dans un domaine des nouvelles technologies. Il est maintenant le seul propriétaire de la seule copie numérique du protocole de communication original qui a transmis ce SMS. Les œuvres d’art s’échangent à prix d’or sur ce marché NFT. Mais les chiffres pourraient encore grimper.

Dans tous les cas, la vente devrait accroître l’exposition des NFT, alors que des entreprises de niche telles que Meta ou Samsung montrent un intérêt croissant pour la technologie. Alors que Twitter vous permet déjà d’utiliser les NFT comme photo de profil, Meta a annoncé qu’il prendrait également en charge la technologie sur le réseau social Instagram.

« Nous travaillons à amener les NFT sur Instagram à court terme », a déclaré Mark Zuckerberg à l’occasion du festival SXSW. En plus de l’intégration des NFT, Instagram pourrait même permettre aux créateurs d’en créer.

Quant à Samsung, l’entreprise a récemment annoncé l’intégration de la plateforme NFT The Nifty Gateway. Certains des téléviseurs récemment lancés par le géant sud-coréen permettront aux utilisateurs d’acheter des œuvres d’art numérique directement sur leurs téléviseurs intelligents.

Précédent

Une villa valant 18 millions d’euros vendue pour 2 250 euros…

Suivant

Miser en bitcoin dans un casino Partouche sera possible dès cet été

Derniers articles de Crypto