Le nombre de constructions autorisées bondit au premier trimestre 2022

/
Construction site

Au total, 141 900 permis de construire ont été délivrés en France au premier trimestre 2022. Le record le plus élevé depuis quinze ans. Toutefois, cela ne signifie pas une véritable reprise de l’activité économique.

Une hausse pour éviter la réglementation

C’est le chiffre le plus élevé depuis quinze ans. Les permis de construction résidentielle ont bondi de 23,5 % pour atteindre 141 900 au premier trimestre 2022, après une baisse de 4,2 % au trimestre précédent. Trop tôt pour parler d’un redémarrage des constructions neuves.

D’avril 2021 à mars 2022, un total de 496 900 logements ont été autorisés à la construction, selon les dernières estimations du ministère de la Transition écologique. C’est beaucoup plus qu’avant la crise sanitaire.

Le ministère de la Transition écologique reconnaît que “la forte augmentation des autorisations, notamment pour les logements individuels, provient du nombre inhabituel de demandes de permis déposées en décembre 2021, qui peut être lié à l’entrée en vigueur de la réglementation environnementale 2020 au 1er janvier 2022”. Similaire au phénomène s’est produit en 2013 lors de l’application de la réglementation thermique de 2012.

Baptisée “RE2020”, la réglementation exige que les maisons neuves soient mieux isolées et aient un impact modeste sur le climat. À la fin des comptes, il y a des frais supplémentaires de 7% à 8%. « Cette forte hausse (surtout pour les logements individuels) provient du nombre exceptionnel de demandes déposées en décembre », souligne le ministère.

“Beaucoup d’investisseurs, primo-accédants, ont réservé à l’avance pour éviter d’entrer dans RE2020”, a expliqué Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB).

Une autre disposition, également en vigueur au 1er janvier, pourrait également expliquer l’engouement de décembre : la première phase de l’objectif Zéro Artificialisation Nette (ZAN), qui vise à diviser par deux le taux de cannibalisation des espaces naturels par rapport à 2012 – 2021. Les logements individuels consomment plus de terrain que les logements collectifs et sont les premiers touchés. Les français se sont donc précipités avant qu’il ne soit trop tard.

Des différences entre les régions

Le mois de mars a été aussi dynamique que février 2022. Le ministère a noté que le nombre d’autorisation “a atteint un niveau exceptionnel de près de 50 000 logements”. Ce nombre a bondi de près de 30 % par rapport à la moyenne des 12 mois précédant le premier confinement.

L’entrée en vigueur de RE2020 explique encore cela. Le logement individuel pur a augmenté de 21% en mars, tandis que le logement collectif ou résidentiel a augmenté de 22%. Ce mois-ci également, les mises en chantier de nouveaux logements ont augmenté de 9 % par rapport à la moyenne des 12 mois précédant le premier confinement.

Les logements individuels autorisés ont bondi (+30,8 %) de janvier 2022 à mars 2022, tout comme les logements collectifs ou résidentiels (+17,4 %). Sur la même période, les mises en chantier de logements individuels sont quasiment stables (-0,2 %), tandis que les logements collectifs ou résidentiels sont de +1,5. Concrètement, l’ensemble des logements autorisés en Ile-de-France a augmenté de 15,3 %, contre 53,1 % au cœur du Val de Loire et 36 % en Bretagne. Seule la Normandie enregistre une baisse des mises en chantier (-3,9%). A l’inverse, la région Hauts-de-France enregistre la meilleure progression à +24,1%.

Par rapport au premier trimestre 2021, le nombre de constructions autorisées pour les bâtiments non résidentiels a augmenté (+9,1%) à 8,9 millions de mètres carrés. Un total de 6,9 ​​millions de mètres carrés de construction a commencé au premier trimestre 2022, par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit d’une augmentation nette de 20,4 %.

“Cependant, la hausse serait moins importante (+12,6%) si l’on ne tenait pas compte du retard de réception des déclarations”, précise le ministère. Les autorisations pour les bâtiments non résidentiels d’avril 2021 à mars 2022 ont été enregistrées à 38,8 millions de m² (+14,8%) par rapport aux 12 mois précédents. Quant aux inscriptions de mises en chantier, elles ont augmenté de 12,3% sur la même période à 26,2 millions de mètres carrés.

Précédent

Binance appuie le rachat de Twitter d’Elon Musk à hauteur de 500 millions de dollars

Suivant

Gucci autorise les paiements en Bitcoins dans certains magasins

Derniers articles de Immobilier