Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Obama durcit le ton pour AIG

dans Finance/News

Après avoir connu une embellie de 5 jours consécutifs qui auront vu le CAC 40 reprendre quelque 10 %, il semble bel et bien que l’heure soit à nouveau à la consolidation. En tout cas, Wall Street a apparemment sifflé la fin de la récréation lors de la séance d’hier. C’est donc fort logiquement que l’indice parisien est en baisse ce matin de 1.57 %, c’est à dire à 4 767 points.

Cette tendance est par ailleurs confirmée par le comportement des investisseurs qui prennent des bénéfices notamment eu égard à cetains grands mouvements tels que l’augmentation de capital de 5 milliards d’€ à laquelle devrait procéder Arcelor-Mittal si l’on en croit Challenges et le Financial Times.

Actualité économique dans l’Hexagone

Après avoir connu un lundi essentiellement animé par la réforme du crédit revolving (que 82 % des Français souhaiteraient tout simplement voir disparaitre), cette journée sera marquée par l’engagement du gouvernement dans la réintégration complète de la France dans l’OTAN. C’est donc François Fillon qui défendra le point de vue du Gouvernement à l’Assemblée Nationale cet après-midi. Par ailleurs, les derniers préparatifs pour l’Examen du Collectif budgétaire devraient se poursuivre aujourd’hui avec au programme la délicate question du Bouclier Fiscal que certains souhaiteraient voir modifier…

En France toujours, on notera aussi que les milliardaires auront laissé des plumes dans la crise qui leur aura coûté quelque 37 milliards d’€. Comme quoi, les milliardaires n’auront pas été épargné par la crise…

Actualité internationale

L’actualité internationale se tourne une fois encore vers l’outre-Atlantique où Barack Obama durcit le ton envers les banques en général et vers AIG en particulier. Le Président américain a en effet demandé au Trésor d’explorer toutes les pistes permettant de bloquer les bonus que les dirigeants de l’enseigne s’apprêtaient à se verser sur le « dos » du contribuable. Le Gouvernement américian va même s’assurer dans quelle mesure, il ne s’agit pas là d’une procédure à caractère illégal…Et là n’est pas le seul souci du Président Obama, car d’autres acteurs bancaires à l’instar de Citigroup ou encore de Morgan Stanley s’apprêtent à contourner le problème en augmentant les rémunérations des dirigeants de façon à compenser le manque à gagner généré par l’abse,ce de bonus : un modèle décidément bien critiqué…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de Finance

quis venenatis libero. elit. Sed pulvinar venenatis, eget suscipit
Retour en haut