Organisme de Placement Collectif Immobilier (OPCI) et fiscalité !

dans Epargne/News

De très nombreux investisseurs immobiliers pratiquent la diversification de leur portefeuille patrimonial en optant pour des Organismes de Placement Collectif Immobilier (OPCI). Il est vrai que la formule et moins connue du grand public, car ses risques étant liés aux variations du marché immobilier et aux produits financiers en général, les OPCI nécessitent une attention toute particulière de ses actionnaires. Autre aspect moins connu en la matière, la fiscalité des OPCI.

Rappelons rapidement que les OPCI sont un placement de rendement diversifié entre avoirs immobiliers et divers produits financiers. Ils s’échelonnent sur une durée comprise entre 5 et 10 ans assortie en temps normal d’une rentabilité de l’ordre de 5 à 7 %. Il existe quatre types d’OCPI : elles varient en fonction des produits qui les composent. Il y a ainsi des OPCI à carcatère essentiellement immobilier (90 %), des OPCI divesifiées (liquidités, actions, immobilier), des OPCI obligations (obligations, actions, immobilier) et des OPCI actions nettement plus risquées d’ailleurs.

Il y a divers panachages possibles. Pour le grand public, il existe une version d’OCPI simplifiée : la Sppicav (Société de placement à prépondérance immobilière et à capital variable. Ce sont des articulations sécurisées dans la mesure ou au moins 60 % d’actifs sont immobiliers et que la proportion d’actions et d’obligations est plafonnée à 30 %. Par ailleurs, 10 % de liquidités garantissent un rachat de parts pour faire face à toute défaillance..

Côté fiscalité, l’OPCI verse des revenus mobiliers qui vous donne à ce titre le choix entre leur intégration à l’impôt sur le revenu ou bien à prélèvement libératoire de 18 %. Comme toujours, le choix entre les deux est dépendant de la tranche d’imposition dans laquelle vous vous trouvez : pour ceux qui dépassent les 14 % le libératoire est à privilégier !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*