Bourse : Orpéa ne veut pas rembourser 30 millions d’euros de subventions

/
retraite

L’établissement privé pour personnes âgées Orpea est accusé d’avoir volé de l’argent public. L’État lui a ordonné le remboursement de 55,8 millions d’euros. Orpea souhaite restituer 25,7 millions d’euros à l’Etat mais refuse de rendre les 30 millions restants. Le groupe affirme que la demande de 55,8 millions d’euros est fausse et refuse de restituer les fonds. Une somme versée par la Sécurité sociale pour les aides-soignants qui n’avaient pas de qualification.

Des subventions pour un total de 55,8 millions d’euros

Orpea a annoncé le 30 août qu’il ne rembourserait que partiellement la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). La CNSA a formellement notifié Orpea fin juillet de rembourser 55,8 millions d’euros, ce qu’Orpea a annoncé ne rembourser que 25,7 millions d’euros.

L’établissement de soins a inclus les frais d’assurance et les taxes dans ses calculs de fin d’année. Cela leur a permis de demander des subventions publiques, selon un communiqué de presse. En outre, ils intègrent le coût des remises fournisseurs accordées en raison du financement de la Sécurité Sociale.

Orpea indique travailler dans un esprit « constructif et responsable » avec les autorités pour rembourser ces sommes « à l’euro près ».

Le groupe affirme qu’il ne devrait pas avoir à rembourser 30,1 millions d’euros de salaires versés par la Sécurité sociale à la CNSA. Ce montant correspond à la rémunération de certains salariés du groupe qui « agissaient » comme aides-soignants mais n’y étaient pas éligibles. La CNSA estime que ces salaires ne peuvent pas être payés par les pouvoirs publics car les personnes concernées ne sont pas des aides-soignants.

L’entreprise affirme que leur pratique d’embauche peu scrupuleuse est justifiée en raison d’une pénurie générale de soignants. Ils soutiennent également que cette pratique peu scrupuleuse est essentielle pour garantir la qualité des soins.

« Nous avons décidé de payer ce que nous demande la CNSA, sauf ce qui concerne les “faisant-fonction”, pour lesquels nous pensons qu’un dialogue doit s’ouvrir. Nous pourrions créer un précédent et mettre tout le secteur dans une situation compliquée si nous payions des choses qui relèvent du budget “soins” de la Sécurité sociale », a déclaré à l’AFP Laurent Guillot, directeur général d’Orpea.

De plus, Orpea soutient qu’il s’agit d’une pratique courante dans les maisons de retraite publiques et privées, malgré le fait que les agences de santé soient rarement en désaccord avec ce qu’elles voient dans les comptes lorsqu’elles les examinent.

Une année 2022 tourmentée pour Orpéa

La société française Orpea – qui gère plus de 350 établissements pour personnes âgées dépendantes – est en ébullition depuis janvier, date à laquelle un livre d’enquête a été publié. Intitulée Les Fossoyeurs, l’enquête a été écrite par Victor Castanet, il accuse le groupe Ehpad Orpea d’employer un système qui maximise ses profits au détriment de la santé de ses employés et de ses résidents.

Le gouvernement averti de ces soupçons de délits financiers et de mauvais traitements sur Orpea a ouvert une information judiciaire en avril à Nanterre. Cette enquête est menée par les gendarmes de la Section de recherche de Versailles.

L’entreprise a changé ses pratiques pour convaincre les actionnaires et le grand public qu’ils ont tiré les leçons du scandale. Ce changement a nécessité une grande collaboration avec les autorités et un renouvellement complet du conseil d’administration. Laurent Guillot est devenu le nouveau directeur général de l’entreprise le 1er juillet 2017, un an après le scandale de l’entreprise.

Le PDG d’Orpea se concentre sur le plan stratégique qu’il présentera cet automne. Ce sera le début de la reconstruction du groupe. Entouré d’un nouveau conseil d’administration et d’un nouveau président, Guillaume Pepy, il espère écrire une nouvelle page de l’histoire d’Orpea.

Précédent

Le changement d’assurance emprunteur ouvert à tous dès le 1er septembre

Suivant

Erreur de Crypto.com en votre faveur… Une australienne reçoit 7,2 millions de dollars !

Derniers articles de Bourse