En moyenne, les patrons du CAC 40 gagnent 369 fois le SMIC par an

/
la défense, banques
Banques Française, quartier de La Défense, Paris - ©Thomas Birke, FlickR Creative Commons

Les PDG du CAC 40 ont gagné en moyenne 7,9 millions d’euros l’an dernier, ceux du SBF 120, 4,5 Millions d’euros. Ce sont principalement les primes annuelles et pluriannuelles qui font grimper ces chiffres. Le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, est le patron le mieux payé du SBF 120.

Plus de 60 millions pour Carlos Tavares

En 2021, les patrons du CAC 40 ont gagné en moyenne 7,9 millions d’euros, soit plus de 100 fois la rémunération de leurs salariés. De leur côté les patrons du SBF 120 ont gagné 4,5 millions d’euros. Dans les deux cas, il s’agit d’un record historique, selon Proxinvest. En 2019, le revenu moyen des patrons des géants du CAC 40 était de 76 fois celui des salariés.

Dans son rapport annuel, le cabinet de conseil a indiqué mardi aux actionnaires que la rémunération des dirigeants avait considérablement augmenté. Au CAC 40, il est en hausse de 52% par rapport à 2019 ; au SBF 120, il est en hausse de 22%.

Par rapport à 2020, l’augmentation est encore plus importante, car cette année-là, de nombreux dirigeants ont renoncé à une partie de leurs salaires pour participer à l’ « effort national » et ont fait preuve d’ « exemplarité ».

Ces augmentations ont été tirées par les très bonnes performances post-Covid des entreprises en 2021 sur lesquelles certains éléments de rémunération sont indexés.

La rémunération totale moyenne des patrons de l’indice CAC 40 a augmenté de 52 %, tandis que la rémunération totale moyenne des dirigeants mandataires sociaux de l’indice SBF 120 des 120 plus grandes sociétés cotées en France a augmenté de 22 % à 4,5 millions d’euros.

L’augmentation est également due à “l’effet Carlos Tavares (Directeur Général du Groupe Automobile Franco-Italo-Américain) Stellantis (Peugeot-Citroën-Fiat…)”, dont la rémunération totale (fixe, variable, actionnaires) atteint un record inédit, atteignant 66,7 millions d’euros selon Proxinvest (19,15 millions d’euros selon l’entreprise).

“C’est la première fois en 15 ans qu’une entreprise propose une enveloppe totale de plus de 50 millions d’euros”, indique le rapport. La rémunération de Carlos Tavares a été rejetée par les actionnaires de Stellantis le 15 avril, mais le vote était purement consultatif au Pays-Bas, où est basée la société, contrairement à la France où ce vote est contraignant depuis 2018.

L’écart entre les données du constructeur et les données de Proxinvest est dû à l’utilisation de méthodes de calcul différentes, correspondant à la somme des rémunérations pluriannuelles lissées par Stellantis sur plusieurs années.

100 fois la rémunération moyenne des salariés

Pour établir son classement, le rapport Proxinvest a pris en compte tous les éléments de rémunération : fixe, bonus annuels, rémunération pluriannuelle long terme, distributions en actions libellées aux dates de distribution, avantages en nature, etc.

Toutes ces choses ont explosé l’année dernière. La rémunération fixe moyenne du CAC 40 a augmenté de 4,2% et les bonus annuels moyens de 33,6%, tandis que la valeur d’allocation des actions gratuites de performance du SBF 120 a atteint un niveau record, bondissant de 39,6%.

Autre point relevé par Proxinvest : “Pour la première fois depuis 8 ans, la rémunération moyenne des 40 patrons du CAC était plus de 100 fois la rémunération moyenne des salariés”, soit 369 fois le SMIC sur la base de 39 heures, selon le rapport.

Après Carlos Tavares, sur le podium en deuxième et troisième place se trouvent respectivement Bernard Charlès, PDG de Dassault Systèmes, avec une rémunération totale de 44,1 millions d’euros (+114%), et le directeur du leader mondial des centres d’appels Teleperformance Président-directeur général Daniel Julien et autres, avec une rémunération totale de 19,6 millions d’euros (+15%).

Ce dernier a la rémunération fixe la plus élevée du CAC 40 avec 2,2 M€ et a également le plus grand écart salarial avec les salariés du CAC 40. Le top 5 est finalement composé du PDG de Kering François-Henri Pinault avec 8,96 M€ et Paul Hudson DG de Sanofi (8,96M€).

Précédent

Grayscale manque de transparence, le GBTC décroche

Suivant

Une partie du minage de cryptomonnaie interdit dans l’Etat de New York

Derniers articles de Bourse