Plan d’épargne retraite : une solution efficace pour transmettre le patrimoine

/
retraite
Profiter de la retraite - ©James Hose Jr, CC0 Creative Commons

Le Plan d’épargne retraite ou PER individuel fait actuellement partie des plans d’épargne qui intéresse de nombreux épargnants. Son usage est effectivement dans le but de préparer de manière efficace la retraite. En plus de cela, celui-ci présente de nombreux bienfaits en ce qui concerne la transmission d’un capital.

Un Plan d’épargne aux différents types

Actuellement, le PER est très apprécié par les Français qui veulent lancer dans l’épargne afin de maintenir une bonne condition de vie après la retraite. Il reste le préféré des particuliers grâce à sa possibilité de se constituer d’un capital. Et surtout, il peut être utilisé pour transmettre un capital.

Avant toute chose, il convient de savoir que le devenir de l’épargne logée sur le PER varie selon le type de plan d’épargne souscrit. Le moment où survient le décès de l’épargnant influence considérablement ceci. 2 types de PER sont à disposition qui sont le PER assurance et le PER compte titre. Pour ce second type, les sommes épargnées sont directement intégrées à la succession dès que le décès de son propriétaire a lieu. Effectivement, cela se réalise sans avantage fiscal particulier. Par contre, pour un PER individuel assurance, c’est l’âge du titulaire qui influence la fiscalité.

Si le propriétaire décède après la liquidation

Si l’épargnant a choisi de s’inscrire un PER assurance, il reste en mesure de désigner un ou plusieurs bénéficiaires qui vont bénéficier de son épargne quand un décès survient. Effectivement, les sommes sont directement transmises aux bénéficiaires. Pour le cas où ces derniers concernent le conjoint où le partenaire de pacs, de droits de succession doivent être exonérées des sommes à bénéficier.

Néanmoins, des conditions sont tout de même à respecter. En effet, si l’épargnant se décède avant 70 ans, les sommes transmises présentent un plafond de 152.500 euros par bénéficiaire. Dans le cas contraire où le décès du propriétaire survient après ses 70 ans, la limite des sommes transmises est de 30 500 euros pour l’ensemble des bénéficiaires.

Quand le décès survient après la liquidation

Dans le cas où le décès survient après la liquidation, le propriétaire peut profiter de son épargne selon plusieurs formes. Parmi ceux-là, il y a la rente viagère, sous forme de capital  ou encore une mélange des deux.

Source Boursorama

Précédent

Record en bourse de la Biotech Valneva

Suivant

DeFi : Les universités adoptent l’éducation financière décentralisée

Derniers articles de Epargne