Plusieurs millions d’euros reversés aux collectivités françaises par Airbnb

/
billets argent

Chaque année le géant américain AirBnB verse des millions d’euros de taxe de séjour aux collectivités françaises. En 2021, ce sont près de 93 millions d’euros qu’AirBnB va reverser aux villes françaises, dont la majeure partie à Paris, Marseille et Nice. L’entreprise américaine de tourisme a déclaré dans un communiqué avoir versé 93 millions d’euros aux communes françaises en 2021.

Paris, Marseille, Nice et Cannes se partagent le pactole

Nous ne savons pas combien l’entreprise avait versé en 2020. Après que ses revenus aient subi une chute vertigineuse à cause de la pandémie, l’entreprise avait décidé de ne pas communiquer. Mais en 2019 AirBnB avait versé environ 58 millions d’euros aux villes françaises. On observe donc une hausse de près de 60% de cette somme.

En France ce sont les villes qui fixent le pourcentage de cette taxe de séjour pouvant aller de 1 à 5%. Nombreuses sont les villes qui en 2021 ont haussé le niveau de cette taxe pour pallier le manque à gagner de l’exercice 2020 ainsi que la suppression de la taxe d’habitation. Parmi les villes qui ont touché le plus gros montant de ces 93 millions d’euros, on retrouve Paris en première position, suivie de Marseille puis Nice et Cannes.

La capitale a perçu 9,4 millions d’euros, alors qu’elle avait collecté plus de 15 millions d’euros en 2019., Marseille a collecté 1,9 millions, Nice 1,2 millions et Cannes 1 millions d’euros. Ce sont évidemment des villes très touristiques qui attirent de nombreux vacanciers et touristes étrangers.

Des milliers de communes aussi concernées

Au total ce sont 29 000 communes qui se sont partagées le butin. Les villes ayant moins de 3 500 habitants ont pu bénéficier de 27 millions d’euros soit 29% du total, soit 3 200 euros par commune en moyenne. Une rétribution qui peut aller jusqu’à 4,10€ la nuit au maximum depuis novembre 2020. On constate ici l’essor des petites villes et on remarque une augmentation des locations saisonnières à la montagne ou dans les campagnes. AirBnB a en effet conclu des accords avec les Gîtes ruraux de France.

La taxe de séjour, surveillée par la plateforme

Depuis 2020, 17 villes françaises, comme Bordeaux, Paris, Lyon, Annecy, ont mis en place un numéro d’enregistrement obligatoire pour les personnes proposant leur logement à la location via la plateforme. Ceci dans le but de mieux contrôler les locations et ainsi de récolter une plus grande partie de la taxe de séjour.

Cependant, certaines villes ont reporté l’identification automatique des fournisseurs de logements à février 2022 car à Marseille ou à Nice par exemple, cela pose des problèmes juridiques ou logistiques. Globalement, la France est le pays où AirBnb réalise le plus gros de son chiffre d’affaires après les Etats-Unis.

AirBnB bénéficie d’un système d’imposition opaque

Si la somme des taxes de séjour payées par AirBnB peut sembler énorme, l’entreprise américaine a fait le choix d’installer son siège européen en Irlande ce qui lui permet d’y bénéficier d’une imposition favorable.

En effet AirBnB France a payé “seulement” 200 000 euros d’impôts sur les sociétés au titre de l’exercice 2020. Seuls les services de marketing sont facturés à la filiale française du groupe, ce qui représente une somme ridiculement petite par rapport à l’activité globale du groupe. Les revenus issus de la location et des frais de services reviennent à AirBnB Ireland, ainsi le groupe bénéficie de la fiscalité avantageuse de l’Irlande.

Cependant AirBnB précise payer en France la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ainsi que la taxe sur les services numériques.

Précédent

Les transactions immobilières auraient augmenté d’environ 15 %

Suivant

Fraude fiscale : la banque UBS, condamnée à verser 1,8 milliard d’euros

Derniers articles de Finance