Pourquoi le rachat de crédit des banques de dépôt progresse !

dans News/Rachat de crédit

Le nouveau millénaire aura vu l’émergence d’un nouveau type de crédit commercialisé à échelle industrielle : les rachats de crédits ! Entre les mains de quelques rares acteurs sur un marché faible en volumes dans les années 90, ce secteur bancaire a connu une véritable explosion entre les années 2 000 et 2007 sous l’impulsion notamment des grosses enseignes de courtage et de banques d’origine anglo-saxonne connaissant bien ces dispositifs dans leur pays. Deux ans après la crise du crédit, les choses ont changé et les banques de dépôt se sont taillé une belle part du lion dans ce marché jusqu’alors réservé à des acteurs spécialisés…

La faute à qui ou à quoi ? A la recherche de créneaux rentables d’une part et à la volonté de retenir à tout prix des clients chez soi par ailleurs. Le rachat de crédit est en effet une catégorie de prêt à part puisqu’il s’agit de prêter pour l’essentiel à des clients souvent trop endettés qui représentent donc un risque, mais en contre-partie d’une rentabilité qui est autrement plus importante que les rapports proposés par le crédit immobilier standard (par ailleurs très bas aujourd’hui) et même par certains prêts personnels amortissables dont les taux ont singulièrement baissé en raison de la chute de l’usure et de l’impact médiatique de la réforme du crédit à la consommation. Car le taux d’un rachat de crédit reste élevé et rapporte. Par ailleurs ne pas restructurer ce client fait encourir le risque de le voir partir ailleurs…

Mais ce ne sont pas les seuls motifs qui amènent les banques de dépôt à faire du rachat de crédit à plus grande échelle. Il y a aussi leur facilité d’utiliser leur propres fichiers clients ainsi que leurs arguments commerciaux. Une grande banque et ses filiales dispose en effet de toutes les informations possibles et imaginables sur ses clients. Par le biais des agences, elle peut donc proposer une solution concrète en connaissance de cause sans devoir passer par des canaux de communication externes. Elle sait mieux que personne quels sont les débits d’un client liés à des crédits.

Autre atout de la banque de dépôt : la faiblesse de ses frais. A la différence d’un courtier, une banque ne prendra pas de cmandat, c’est à dire de commission, mais seulement des frais de dossier qui sont aussi existant dans le cas d’un IOB.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*