Enfin ! Le premier ralentissement de la hausse des taux de la Fed

///
Fed

La banque centrale américaine a annoncé mercredi soir qu’elle augmenterait les taux d’intérêt d’un demi-point de base, il se situe désormais entre 4,25% et 4,5%. Jerome Powell a prévenu qu’il s’agit d’un ralentissement du rythme, mais qu’il s’attend à de nouvelles hausses de taux.

Les taux se situent désormais à 4,25% environ

Le rythme de la lutte contre l’inflation semble se réduire. La Réserve fédérale a relevé ses taux d’intérêt d’un demi-point de pourcentage après une réunion de son comité de politique monétaire mercredi, les portant dans une fourchette comprise entre 4,25% et 4,50%.

La hausse, qui a été adoptée à l’unanimité, marque le premier point d’inflexion dans le rythme du resserrement monétaire, après quatre hausses de 0,75 point de pourcentage chacune depuis juin.

Cependant, la banque centrale a réitéré son engagement à lutter vigoureusement contre l’inflation. “Le Comité s’attend à ce que des augmentations continues de la fourchette cible soient appropriées pour parvenir à une politique monétaire suffisamment restrictive pour ramener l’inflation à 2% au fil du temps”, a déclaré un communiqué publié après la réunion.

C’est le plus haut niveau depuis 2007. La Fed a prévenu que ce n’est pas le moment de s’arrêter : de nouvelles hausses de taux “seront appropriées”, a-t-elle précisé.

Les taux courts, toujours oscillant entre zéro et 0,25 % en mars, se situent désormais entre 4,25 % et 4,5 %, au plus haut depuis 15 ans. C’est la hausse la plus rapide depuis 1980, lorsque le président de la Fed de l’époque, Paul Volcker, avait tenté d’écraser l’inflation au prix d’une grave récession.

Des taux à plus de 5% en 2023 ?

Les taux continueront d’augmenter, jusqu’à 5,1 %, jusqu’en 2023, selon les estimations des membres du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale. Ce chiffre était en hausse par rapport à une estimation de 4,6 % en septembre, et il faudra attendre 2024 pour que la banque centrale décide si le coût de l’argent a baissé.

La Fed indique que l’inflation est plus persistante que prévu. Elle anticipe désormais une hausse des prix hors énergie et alimentation de 3,5% en 2023, contre 3,1% en septembre.

Il y aura un ajustement l’an prochain, au prix d’une croissance plus faible (0,5 %, soit une quasi-récession de 1,2 %) et d’un chômage plus élevé que prévu (4,6 % au lieu de 4,4 %).

Powell a exclu de relever l’objectif d’inflation de 2% à 3%, comme l’ont suggéré certains économistes. “Nous avons encore du travail à faire”, a-t-il déclaré, qualifiant la stabilité des prix de “pierre angulaire” de l’économie.

L’inflation au coeur des enjeux

L’inflation a par conséquent fortement ralenti en novembre à 7,1%, selon l’indice CPI, contre 7,7% en octobre. Les données, publiées mardi avant le début de la réunion de la Réserve fédérale, semblaient finalement convaincre les gardiens du dollar de ne pas augmenter les taux d’intérêt de manière agressive.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a averti fin novembre que “le moment de ralentir le rythme des hausses de taux pourrait venir dès la réunion de décembre”.

L’impact de la décision de la Fed a mis des mois à se faire sentir. Ainsi, la consommation se maintient et le marché du travail est toujours très sain. La pénurie de main-d’œuvre à laquelle sont confrontées les entreprises américaines les a obligées à augmenter les salaires pour attirer des candidats et retenir les travailleurs.

“Je ne pense pas que nous soyons dans une spirale prix-salaires”, a déclaré jeudi à la presse la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

En Europe, la Banque centrale européenne (BCE) tient également ce jeudi une réunion de revue de politique monétaire, sur fond d’une courbe d’inflation de la zone euro un peu plus plate en novembre, tombant à 10% contre 10,6% le mois précédent, grâce à la stagnation de l’énergie.

Les observateurs ont déclaré que l’augmentation serait probablement inférieure aux 0,75 point de pourcentage enregistrés en septembre et octobre. Mais pour Christine Lagarde, le pic de l’inflation n’est pas encore passé.

Précédent

Sam Bankman-Fried, en détention à Fox Hill, risque 115 ans de prison

Suivant

Encore un amendement désastreux pour l’industrie crypto française ?

Derniers articles de Banques