Les prix de l’immobilier européen risque de chuter de 15% !

///
achat maison

L’agence de notation Moody’s a rapporté que les prix de l’immobilier européen devrait baisser de plus en plus probablement. Ils attribuent cela à l’instabilité de l’économie, ainsi qu’à l’augmentation rapide des taux d’intérêt.

Quels risques pour l’immobilier européen ?

Après des années d’euphorie dues à des taux d’intérêt bas, le marché immobilier européen approche-t-il d’un tournant ? Pour Moody’s, il y a un risque accru que cela se produise. Les experts de l’agence de notation prédisent qu’une baisse des prix de l’immobilier est probable en Europe en raison de la récente hausse des taux d’intérêt et de la croissance économique.

En effet, des taux d’intérêt plus élevés rendent les prêts hypothécaires plus chers, ce qui rend le logement moins abordable et est susceptible de faire baisser les prix afin de stimuler la demande sur le marché.

Pour autant, malgré une baisse du prix de l’immobilier, avec une baisse du pouvoir d’achat de nombreux ménages ne pourront toujours pas s’offrir une propriété en raison de l’inflation.

En raison de leur situation financière instable, les banques des Pays-Bas, de France, d’Italie, d’Espagne et de Grande-Bretagne sont les plus exposées au risque d’un retournement du marché. Moody’s note que les banques d’Europe du Nord sont les plus exposées en raison de leurs réserves de sécurité financière.

Si les prix devaient connaître une baisse de plus de 15 %, de nombreuses banques pourraient avoir des difficultés financières notamment des difficultés liées aux prêts garantis par des hypothèques. De plus, une baisse des prix aurait des conséquences pour le logement social au Royaume-Uni, qui est financé par les bénéfices des ventes immobilières sur le marché.

Les prêts hypothécaires sont mis hors du marché le plus rapidement possible, les taux d’intérêt montent en flèche : le marché immobilier britannique a été secoué par les turbulences financières provoquées par les plans budgétaires coûteux de Downing Street.

Une multitude d’offres de prêteurs hypothécaires ont été retirées depuis que le gouvernement conservateur de Liz Truss a annoncé des mesures de soutien à l’énergie et des réductions d’impôt massives.

Le mécanisme qui permet de fixer les taux immobiliers a été perturbé par “la chute importante de la livre sterling, les anticipations croissantes de hausses de taux” et la “dégradation de la confiance des investisseurs” de la Banque d’Angleterre, résumait récemment Sarah Coles, analyste chez Hargreaves Lansdown.

Encore plus difficile d’accéder à la propriété ?

Les inquiétudes des investisseurs ont clairement conduit à une chute de la livre et à une flambée des taux d’endettement britanniques.

Les personnes qui souhaitent acheter font déjà face aux mauvaises nouvelles avec la hausse des taux d’emprunts. Ces taux ont augmenté de façon constante depuis plusieurs mois maintenant, en Angleterre ils frôlent les 5% pour les prêts de 2 à 5 ans.

Depuis fin 2021, la Banque d’Angleterre a régulièrement relevé son taux directeur en réponse à une inflation approchant les 10 % sur un an : actuellement fixé à 2,25 %, l’agence monétaire a signalé qu’il poursuivra sa hausse à mesure que le budget de Liz Truss augmentera pour limiter les risques d’inflation.

Les économistes prévoient que les taux directeurs approcheront les 6 % au début de 2023 et que les taux d’emprunt suivront. Dans un pays où la grande majorité des crédits immobiliers ont des durées de cinq ans ou moins, de nombreux Britanniques ayant des crédits en cours sont contraints de renégocier leurs contrats et voient leurs mensualités bondir, risquant de ne plus pouvoir suivre.

Selon Tom Bill, directeur des études de marché au Royaume-Uni pour le groupe immobilier Knight Frank, les prix ont augmenté d’environ 23 % depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Bill pense que les prix devraient atteindre un creux d’environ 9 % d’ici l’année prochaine.

Il ajoute que la Banque d’Angleterre surveille le marché immobilier avec une grande attention. Si l’économie devait souffrir suffisamment pour provoquer un effet d’entraînement plus important sur l’économie britannique, la Banque changerait probablement sa politique en matière de taux.

Précédent

Comment fonctionne la fiscalité de l’assurance obsèques ?

Suivant

Emprunter de l’argent pour jouer à la roulette : un investissement dangereux

Derniers articles de Banques