Rachat de crédit et « Les profiteurs de la crise » d’Envoyé Spécial sur France 2…

dans Banques/News

surf-financePeut-être vous trouviez-vous devant le petit écran jeudi dernier ? A cette occasion, vous assistiez peut-être à l’émission d’Envoyé Spécial sur France 2 qui traitait de plusieurs sujets dont celui intitulé « Les profiteurs de la crise » qui évoquait entre autres dans ce titre peu flatteur la thématique du rachat de crédit. Et comme bien souvent ce dernier n’était pas franchement mis à en valeur par les journalistes comme ce fut déjà le cas notamment avec l’article « les Vautours du rachat de crédit » publié il y a quelques années par UFC Que Choisir. Mais pourquoi journalistes et associations s’attaquent-ils de la sorte à cette niche financière qui est tout aussi légitime que le courtage immobilier ou encore celui de l’assurance ?

De très nombreuses personnes passent désormais par des courtiers en ligne pour réaliser leur prêt immobiulier ou contracter un contrat d’assurance. Le jeu est simple : en contre partie de la qualité du service octroyé, le demandeur s’acquitte d’une commission reversée au courtier qui est par ailleurs provisionnée dans le financement global. Ces transactions sont en progression et cela n’étonne personne. Tout le monde connait désormais des grandes enseignes telles que Cafpi, Empruntis ou encore Meilleurtaux. Tous ces courtiers sont devenus des références et sont tout ce qu’il y a de plus sérieux. Ils pratiquent aussi le rachat de crédit et perçoivent comme d’autres une commission au titre de leur prestation.

Pourquoi fustige-ton le rachat de crédit de la sorte ? Lorsque quelqu’un achète une maison et qu’il verse parfois plusieurs milliers d’€uros à un notaire, a-t-on droit à une émission denonçant les coûts engendrés par les frais de notaire ? Bien sûr que non. Le rachat de crédit donne l’impression facile aux médias et autres détracteurs en tout genre de profiter du malheur des gens pour gagner de l’argent. C’est faux : dans l’absolu, il s’agit d’une prestation financière comme une autre ! Qui plus est, elle est loin d’être inutile, puisqu’elle apporte une réponse là où les pouvoirs publics n’ont semble-t-il pas trouver de solution efficace au problème de surendettement, si ce n’est les fameuses commissions de surendettement qui fonctionnent mal, ne constituent que rarement une solution à long terme (si l’on en croit les renouvellements de dossier) et exluent les personnes de l’appareil bancaire traditionnel en raison du fichage engendré…

Les journalistes d’Envoyé Spécial devraient peut-être observer avec un peu plus d’attention les raisons du recours si fréquent au rachat de crédit. Ne serait-ce pas un déficit chronique de revenus et de pouvoir d’achat qui amènent de nombreux ménages à ces situations ? Messieurs les journalistes, tournez-vous vers les pouvoirs publics et demandez à Christine Lagarde pourquoi elle n’interdit pas tout simplement le revolving, pourtant responsable de tous les maux de ses propres dires..

En attendant les simulations de rachat de crédit semblent être les seuls recours efficaces au surendettement, surtout en ces temps de resserrements de critères des banques de détail qui ferme encore plus volontiers le robinet quand il s’agit d’un rachat de crédit.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*