Rachat de crédit immobilier à 3.74 % de moyenne en avril 2011

dans Banques/News

A en croire les récents chiffres publiés par l’Observatoire Crédit Logement/CSA, il est peut-être temps d’envisager un rachat de son crédit immobilier si d’aventures celui-ci fait encore l’objet d’un taux trop élevé à votre goût. La moyenne des taux en crédit immobilier s’est en effet établie à 3.74 % en avril 2011 traduisant ainsi la poursuite haussière amorcée en décembre 2010.

Rappelons brièvement qu’en novembre 2010, les taux d’intérêts dans l’immobilier avaient atteint le plancher historique de 3.22 %. Depuis, ce sont bien environ 10 points de base d’augmentation que ces mêmes indices ont enregistré pour s’établir aux 3.74 % d’avril qui traduisent cela dit une relative stabilité par rapport au mois précédent puisqu’en mars la moyenne étaient semblable avec ses 3.72 %.

Un rachat de crédit immobilier ou même une première acquisition demeurent donc d’actualité, car dans l’ensemble les conditions restent favorables. On peut par exemple souligner que près de 60 % de la production des crédits immobiliers a encore été réalisée sous la barre des 4 % pour ce même mois. Autre élément marquant, près de 9 % de la production globale a été faite sous forme de prêt à taux révisable reflétant la volonté de nombreux ménages de bénéficier de conditions aussi attractives que possibles pour leur investissement immobilier.

La durée moyenne d’emprunt s’est quant à elle établie à 208 mois, soit 3.74 années de salaire. Il est probable que les taux poursuivront leur remontée jusqu’au moins cet été.

1 Comment

  1. Depuis la mi février plus aucun dossier de renégociation de crédit ne passe.
    Entre la hausse des taux (même s’ils restent avantageux je vous rejoins sur ce point), les indemnités de remboursement, les frais bancaires, et l’amortissement déjà réalisé il devient difficile de dégager un bénéfice justifiant la renégociation de son crédit à la concurrence.
    En interne c’est encore plus dur puisque la banque jouera la montre en cette période de hausse des taux jusqu’à ce que le gain ne se justifie plus.

    N’oublions pas aussi que nombre de ces dossiers ont été montés initialement avec un prêt à taux zéro, difficile à laisser tel quel auprès d’une banque qui va pas jouer le jeu….

    Seuls quelques très gros dossiers de 2006 sur 30 ans auraient encore aujourd’hui une chance (théorique) de passer en générant un gain….

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*