Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Rachat de crédit : les créances des professions libérales

dans News/Rachat de crédit

Dans le domaine du rachat de crédit, il est des professions qui ne connaissent pas tout à fait les mêmes problèmes d’endettement ou plus précisément de créances que les particuliers salariés ou retraités : c’est le cas des professions libérales pour lesquelles il s’agit plus d’un rachat de dettes ou de créances que d’un rachat de crédit.

Bien sûr qu’un médecin, qu’une infirmière ou qu’un dentiste ayant un statut de libéral possède comme tout le monde un prêt immobilier, un crédit voiture ou encore un prêt travaux et qu’il arrive que l’accumulation de ces divers crédits devienne un peu lourde et qu’une restructuration s’impose. Mais dans l’ensemble, les problématiques financières des professions libérales dépendent d’autres données qui n’ont rien à voir avec le surendettement des particuliers.

Pour revenir d’ailleurs aux propos précédents, on notera qu’une profession libérale n’a généralement pas de crédit auto classique : un médecin libéral a dans la plupart des cas un véhicule en LOA (Location avec Option d’Achat) ou en LLD (Location Longue Durée). Il s’agit ici de frais qu’il peut en effet déduire de sa déclaration fiscale (2035). C’est une raison de plus qui confirme que le médecin ou le dentiste souffrent éventuellement d’autres soucis financiers.

Le moyenne des revenus des généralistes en France fut de 84 000 €uros nets en 2008. Quand on dispose de tels revenus, on paie beaucoup d’impôts, de charges URSSAF et de cotisations de retraite CARMF, CARPIMKO ou CARCHIDENT. Si on prévoit mal son coût comptablement et que l’on n’a pas conservé de trésorerie pour faire face à ces dépenses, on peut alors avoir de très mauvaises surprises…Des retards de ce type se pallient parfois par de gros découverts bancaires et la spirale est alors enclenchée : découverts bancaires pro et perso auxquels s’ajoutent un retard d’impôts et un reliquat de cotisations sociales et le docteur est en bien mauvaise posture…

Un rachat de crédit peut être la solution à ce type de difficultés, mais à la condition d’être propriétaire afin d’envisager un prêt hypothécaire. A ce moment, le rachat de crédit peut avoir pour objet de reprendre l’encours immobilier, les éventuels crédits conso ainsi que les autres créances. Dans le même registre, une soulte peut rentrer dans la même logique. 50 % des professions libérales divorcent au moins une fois pendant leur activité !

Dans tous les cas, si vous êtes concerné par ce genre de problématiques financières, nous vous suggérons de faire une simulation de rachat de crédit en ligne pour vous faire une idée de l’intérêt de la chose. Pour ce faire, vous devez indiquer dans le champs « Trésorerie » le montant de vos créances sociales et fiscales.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

Retour en haut