Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Rachat de crédit, surendettement et crédit immobilier à 4.3 % : quels liens ?

dans News/Rachat de crédit

A l’heure où la réforme du crédit à la consommation envisage d’apporter des modifications au rachat de crédit, que le baromètre du surendettement vient de publier des chiffres inquiètants à propos de l’endettement des Français et que l’Observatoire Crédit Logement CSA vient d’annoncer qu’en avril la moyenne des taux d’intérêts du crédit immobilier s’était établi à 4.3 %, beaucoup de consommateurs tentent de mettre cette pléiade de chiffres en parallèle et décryptent difficilement les liens qui existent entre ces diverses constantes…

Le rachat de crédit est indéniablement un outil de lutte contre le surendettement dans la mesure où il permet à des personnes souffrant d’un cumul trop excessif de crédits divers de retrouver une mensualité en adéquation avec leurs revenus générant ainsi un meilleur pouvoir d’achat. Ceci constitue un postulat bien connu du grand public désormais. Mais ce que l’on sait moins, c’est quelle est la proportion de restructurations de crédits incluant un prêt immobilier, autrement dit quelle est la proportion de propriétaires sollicitant un rachat de crédit.

Rachat de crédit, surendettement et crédit immobilier sont-ils les corollaires d’une intervention récurrente ou plutôt rare. Nous disposons de quelques éléments de réponse. En premier lieu, les personnes ayant recouru à un plan de surendettement ne représentaient que 9 % à avoir un crédit immobilier pour un montant moyen de 80 000 €uros. On peut donc en déduire que les propriétaires sont moins endettés que les locataires et sollicitent donc à ce titre moins de rachat de crédit que ces derniers.

Ce constat répond à une certaine logique : le propriétaire ayant obtenu un crédit immobilier répondait obligatoirement aux normes d’attribution des banques. Endettement au tiers des revenus et revenus suffisants en sont les conditions sine qua none. Autrement dit, le propriétaire est mieux lôti que le locataire. Cette constante se répercute sur le rachat de crédit qui est bien plus demandé aujourd’hui par des locataires ayant dans l’ensemble des revenus plus faibles.

C’est pour cette raison que les locataires sont aujourd’hui plus nombreux à demander un rachat de crédit : ils sont plus exposés à l’endettement en raison d’un déficit chronique de revenus. Pour autant, la baisse des taux du crédit immobilier en France à 4.3 % entrainera mécaniquement une baisse des taux des prêts assortis d’une garantie en rachat de crédit : certains propriétaires désirant regrouper un prêt auto et un crédit travaux en sus de leur crédit immobilier y verront peut-être un moyen d’optimiser leur situation actuelle.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de News

felis pulvinar diam sit id suscipit
Retour en haut