Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Recapitalisation de banques dans le monde entier

dans Finance/News

La situation de l’économie mondiale reste relativement inchangée : des banques en manque de confiance et surtout un cruel manque de liquidités que les institutions publiques tentent de compenser du mieux qu’elles peuvent.

Oscillation et incertitudes sont de rigueur avec un CAC qui avait ouvert en hausse ce matin pour se retrouver deux heures après à – 1 %, puis remonter ensuite à + 0.55 % : du délire. L’indice parisien est certes tiré vers le haut par le bon résultat du Nikkei qui a clôturé à + 6.5 %, mais certains événements nationaux viennent plomber l’atmosphère sur les marchés.

Tout d’abord, l’indice du moral des Français plonge à nouveau en octobre après avoir plutôt bien résisté en septembre. 3 % de baisse… Voilà qui ne rassure pas vraiment les investisseurs qui ne voient pas non plus d’un très bon œil les rixes politiques qui s’appuient sur l’actualité brûlante. Ségolène Royal a ainsi ouvertement critiqué les décisions de Nicolas Sarkozy en affirmant que « avec un plan tous les deux jours, Sarkozy manque de crédibilité ».
Le patronat s’en mêle également en clamant que « Les PME ont besoin de mesures d’assouplissement pour l’emploi ».
Une situation qui se complique progressivement et qui n’avait pas franchement besoin de cela.

Sur le plan international, les recapitalisations de banques vont bon train afin d’éviter une dix-septième faillite. Ainsi Barclays va-t-elle sans doute solliciter 2 milliards de livres par le biais d’une émission d’obligations, Postbank va sans doute en faire de même ainsi que le belge KBC qui appelle le gouvernement à sa rescousse…

Bref, de bonnes nouvelles qui s’inscrivent finalement sur un fond économique international assez figé à l’instar des grandes valeurs : la parité €uro/dollar est identique depuis 3 jours, le baril de brent cote 63 $ et l’Euribor 1 an vaut toujours peu ou proue 5 %…

Derniers articles de Finance

mattis neque. ut velit, non nunc risus. nec mattis at et, Curabitur
Retour en haut