Réformes post-crise : une solution qui permet aux banques de résister à la crise sanitaire

/
Banque des Règlements Internationaux
Banque des Règlements Internationaux à Bâle en Suisse - ©Taxiarchos228, CC0 Creative Commons

La pandémie a perturbé de nombreux secteurs, notamment les marchés financiers. Pourtant, face à cela, les instituts bancaires ont pu résister à la crise que celle-ci a créé, grâce aux réformes post-covid mises en place par les régulateurs bancaires.

Une bonne stratégie de réforme post-Covid

D’après la Banque des Règlements Internationaux (BRI) Bâle III poursuit même pendant les perturbations du marché liées à la pandémie. Cela consiste à une stratégie de réformes post-crise qui est spécialement destinée au secteur bancaire. La Banque des règlements internationaux mentionne cela dans un rapport et indique la présence de nombreuses juridictions optées pour des flexibilités qui  existent déjà dans le cadre de Bâle. Celles-ci ont été mises en place pour alléger le côté réglementaire de la période de la crise.

Une solution pour aider les banques à surmonter la crise

Pour ce faire, les régulateurs optent pour des fonds propres  qui permettent de résoudre en toute facilité la crise financière mondiale. Effectivement, c’est un moyen pour aider les banques à surmonter en toute facilité la crise sanitaire. Aussi, ces derniers ne cessent d’offrir des crédits aux ménages ainsi  qu’aux entreprises les plus touchées par la crise.

Dans le même contexte, les réformes de Bâle III ne sont encore pas bien adoptées. C’est la raison pour laquelle les régulateurs ont décidé de continuer à mettre en avant certaines modalités de ces dernières. D’après la BRI, les juridictions présentaient de nouveaux progrès pour l’adoption de Bâle III pour que ceci se fasse dans de meilleures conditions. À savoir que les règles concernant les réserves de capital anticyclique sont actuellement en place.

Les dispositions d’exigences de Bâle III

À savoir que 3 autres pays ont pu mettre en place des règles définitives concernant la capacité totale d’absorption des pertes. Dans le même temps, 4 juridictions qui sont en place mettent en avant la norme de la ration de financement stable. 2 autres mettent en évidence de règles définitives qui concernent l’approche pour mesurer le risque de crédit de la contrepartie.

Pour ce qui est des dispositions des exigences de Bâle III, de nombreux pays ne cessent de faire de leur mieux pour réaliser des progrès. À savoir que cela concerne l’approche pour le risque de crédit ou encore le risque opérationnel.

Source Finance-investissement

Précédent

Le secteur immobilier en Chine ne cesse de semer la crainte sur les marchés en Asie

Suivant

Les jetons GameFi seront la prochaine grande vague d’Altcoins

Derniers articles de Banques