Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Rémunérations des patrons en ligne de mire…

dans Finance/News

Après avoir ouvert en baisse de – 0.6 %, le CAC 40 semble se ressaisir puisque l’indice parisien est désormais en légère hausse de + 0.63 % à 2 892 points. En cela, le Palais Bourbon ne suit pas vraiment les tendances des bourses du globe puisque Wall Street et Tokyo ont terminé dans le rouge hier et cette nuit. Paris s’oriente à la hausse grâce notamment au bon comportement des titres Renault et Alcatel Lucent en très nette hausse ce matin.

Mais ce n’est pas tellement la Bourse qui constitue ce matin le principal centre d’intérêt, mais bien plutôt les polémiques gravitant autour des rémunérations des patrons qui sont dans la ligne de mire de l’exécutif et d’une bonne partie de l’opinion publique française.

Actualité dans l’Hexagone :

Laurence Parisot, la patronne du MEDEF, sera précisément à l’Assemblée Nationale aujourd’hui afin d’évoquer et d’argumenter la position de l’organisation patronale sur ce sujet devant les parlementaires. La polémique est houleuse et Xavier Bertrand a prévenu que « la balle est désormais dans la banque du Medef. L’argent public ne sert pas à financer des bonus, mais à éviter la faillite des banques et des épargnants ». Ce faisant, le secrétaire d’Etat pointe bien entendu du doigt les parachutes dorés du démissionnaire patron de Valéo ainsi que les 51 millions d’Euros de bonus que les dirigeants de Chevreu, filiale du Crédit Agricole, étaient sur le point de s’octroyer…

Les patrons ne sont décidément pas à la fête avec par ailleurs le patron de l’industrie pharmaceutique 3 M toujours séquestré dans ses bureaux de Pithiviers depuis heir après-midi…

De son côté, Nicolas Sarkozy a réitéré sa volonté de maintenir le cap en terme des mesures d’emploi en évoquant la probable création de postes de commissaires à l’emploi dotés de possibilités financières importantes qui interviendraient sur des bassins d’emploi en difficulté.

Actualité économique internationale :

Aus Etats-Unis, Ben Bernanke et Tim Gheitner ont plaidé hier pour la mise en place d’une nouvelle autorité des marchés qui viendrait épauler la SEC. Par ailleurs, la constitution de la Bad Bank constituée à la fois de fons privés et de fons publics semble prendre forme puisque des fonds importants tels que PIMCO viennent de faire part de leur intention de participer à ce plan massif de rachat de crédits toxiques. Attention toutefois, les géants des fonds ne sont pas d’illusions : il faudra plus que 1 000 milliards de $ pour éradiquer le mal des créances douteuses…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*

Derniers articles de Finance

Nullam velit, tempus Lorem libero in mi,
Retour en haut