Robinhood va licencier 23% de son personnel

//
robinhood
Plateforme Robinhood - ©surf-finance.com

Le champion du courtage en ligne gratuit Robinhood vient d’annoncer une deuxième vague de licenciements de 750 emplois. Ces licenciements sont justifiés par un nombre d’utilisateurs en baisse de près de 30 % par rapport à 2021.

Une réduction de 23% des effectifs

Au plus fort de la pandémie, il y a eu une augmentation spectaculaire de l’intérêt pour le marché boursier et les crypto-monnaies. Par conséquent, Robinhood, la plateforme de courtage en ligne sans frais, licencie 23% de son personnel (plus de 750 personnes), car depuis l’intérêt a diminué.

Le patron Vlad Tenev a écrit une lettre aux employés expliquant qu’ils avaient embauché trop de personnes en partant du principe que l’intérêt resterait aussi élevé en 2022 qu’à l’époque du Covid.

Fin avril, 9% des effectifs de l’entreprise californienne Robinhood ont déjà été licenciés, après que le nombre d’utilisateurs actifs ait chuté de 8% entre les troisième et quatrième trimestres 2021.

L’entreprise a déclaré qu’elle se concentrerait sur le contrôle des coûts. Le marché de la cryptographie a chuté et l’inflation a augmenté à son plus haut niveau en 40 ans, déclare l’homme d’affaires. Cela a entraîné la baisse de notre clientèle et de nos actifs encore plus qu’auparavant.

L’entreprise a licencié environ 1100 personnes l’année dernière et va maintenant licencier plus de personnes dans tous les domaines de l’entreprise, mais en particulier le marketing et les opérations.

Selon le PDG, la plateforme compte encore environ 2600 employés, soit beaucoup moins que l’an dernier. La société est entrée en bourse il y a un an et a annoncé dans ses résultats trimestriels qu’elle comptait environ 15 millions d’utilisateurs actifs en juin, soit 28 % de moins que l’année dernière.

Plusieurs plateformes d’investissement ont récemment fait faillite à cause de la crise des crypto-monnaies. Certaines de ces plateformes se sont spécialisées dans les crypto-monnaies volatiles, tandis que d’autres étaient plus généralisées. Le chiffre d’affaires de la plateforme a chuté de 44 % en un an.

Des controverses et un modèle remis en cause

Robinhood a été au centre de plusieurs controverses depuis sa création. La plateforme, dont la mission est de démocratiser la finance, a été impliquée dans la spéculation boursière de mème Gamestop à Wall Street en janvier 2021.

Son modèle économique est également passé au crible par les régulateurs : bien que rendant les frais de trading gratuits pour les clients, Robinhood vend son volume de commandes à des intermédiaires, connus sous le nom de teneurs de marché, comme Citadel. Cette pratique de vente de flux d’ordres est légale aux USA (mais pas en France). Bien que cela soit considéré comme légal, beaucoup pensent que cela pourrait créer des conflits d’intérêts et se faire de manière peu claire.

Robinhood a été condamné à une amende de 30 millions de dollars par le gendarme de la Bourse de New York pour avoir enfreint les lois sur le blanchiment d’argent et la cybersécurité en raison de son activité de crypto-monnaie. Cela s’est passé lundi dernier.

«Nous avons fait des progrès significatifs dans la mise en place de programmes de cybersécurité et de conformité avec la loi, et nous allons continuer à faire passer ce travail en priorité, dans l’intérêt de nos clients», a réagi Cheryl Crumpton, une avocate de Robinhood, contactée par l’AFP. «Nous restons fiers de proposer une plateforme plus accessible et moins chère pour acheter et vendre des crypto», a-t-elle ajouté.

La société est devenue très populaire lors de l’affaire Gamestop qui a vu son action passée de 17 dollars à près de 500 dollars en quelques jours en janvier 2021. Depuis, Robinhood a perdu près de 80% de sa valeur après son introduction en bourse en juillet 2021.

Précédent

Solana hackée, plus de 8 000 portefeuilles touchés

Suivant

Le prix de l’immobilier explose sur le littoral français

Derniers articles de Bourse