La Russie développe un réseau blockchain pour contourner SWIFT

/
Russie

Alors que les sanctions internationales empêchent toujours les Russes d’utiliser le réseau de paiement SWIFT, Moscou semble avoir changé de ton. Le gouvernement veut maintenant expérimenter la blockchain, une tactique que Vladimir Poutine a jusqu’à présent écartée.

La blockchain pour contourner les sanctions

Si le conflit en Ukraine a eu le potentiel de mettre en lumière une évidence, c’est bien la guerre des devises qui anime notre monde moderne. Comme pour les moyens de paiement internationaux, certains pays peuvent être exclus sous couvert de sanctions.

Au centre de cette dynamique, le réseau SWIFT qui a permis l’exclusion pure et simple de la Russie. Depuis lors, Bitcoin et crypto-monnaies ont servi dans les paiements du Kremlin en tant qu’alternatives ou instruments décentralisés. Mais tout cela pourrait changer rapidement avec la mise en place de la plateforme CELLS basée sur la technologie blockchain.

La crise géopolitique actuelle a propulsé le bitcoin sous les projecteurs en tant qu’alternative possible aux sanctions internationales. Parce que la Russie s’est donné beaucoup de mal pour vendre ses matières premières malgré un blocus monétaire.

Un rapport de force avec la crypto-monnaie comme élément perturbateur et inattendu sur cet échiquier mondial. Avec pour principale valeur ajoutée, la censure unilatérale du réseau est impossible – ou en tout cas plus compliquée.

Une fonctionnalité fournie par la technologie blockchain. En clair, un système capable de concurrencer les réseaux de paiement actuels comme le fameux SWIFT. Ce dernier est considéré comme destiné à disparaître d’ici quelques années, a déclaré le directeur général de Mastercard.

La question est de savoir à quelle alternative est bonne. Apparemment, avec le développement de la plateforme CELLS, la Russie semble avoir trouvé une option concrète.

L’organisation russe considère la mise en place d’un “sandbox transfrontalier” comme une initiative prometteuse. Le projet vise à créer des opportunités pour les entreprises fintech de traiter les paiements au nom des importateurs et exportateurs russes à l’aide d’outils financiers numériques.

La Russie parle depuis plusieurs semaines de l’utilisation des crypto-monnaies comme moyen de paiement.

Changement de bord pour la Russie avec les cryptos ?

Ces dernières semaines, nous pensons que la tendance en Russie s’oriente vers les technologies liées à la blockchain. Plus tôt cette année, la banque centrale du pays s’est à nouveau montrée hostile à l’industrie, suggérant même une interdiction complète des crypto-monnaies. Quant à la Douma, elle est plus prudente, mais peu ouverte sur le sujet.

“L’idée d’utiliser des monnaies numériques pour des règlements de transactions internationales est en train d’être activement évoquée.”

Cela a également été confirmé par le revirement inattendu de la gouverneure de la banque centrale russe Elvira Nabiullina. Historiquement, elle a été très anti-crypto, et la semaine dernière, elle a déclaré à nos collègues de RBC que les crypto-monnaies peuvent être utilisées pour les paiements internationaux. Cependant, il y a une condition : ces dernières ne doivent pas être intégrées dans le système financier interne de la Russie.

La plupart des institutions russes conviennent que le rouble devrait rester la seule monnaie légale du pays alors que les autorités se préparent à promulguer des réglementations radicales sur les crypto-monnaies.

De plus, la Banque centrale de Russie a déclaré que les paiements internationaux en crypto-monnaies sont possibles. Par conséquent, la Russie développe une méthode tout à fait unique, principalement en raison des sanctions financières sévères imposées à son économie, selon laquelle les crypto-monnaies seront interdites dans le pays, tout en étant la source de ventes et d’exportations continues de leurs ressources à l’étranger.

Le réseau CELLS veut (ré)ouvrir la porte aux paiements internationaux vers la Russie, actuellement coupée du reste du monde. Ceci grâce à des devises telles que le rouble ou le yuan numérique qui secouent actuellement les États-Unis.

Ensuite, il y a les crypto-monnaies, que le Kremlin considérait il y a quelques mois comme l’ennemi de l’économie russe. Tout cela, ainsi que la technologie blockchain, est envisagé comme un moyen de contourner les sanctions contre la Russie.

Précédent

La Banque de France abaisse ses prévisions de croissance en 2022

Suivant

Un propriétaire parisien doit rembourser une grosse somme d’argent à sa locataire

Derniers articles de Crypto