Salvador : l’adoption du Bitcoin est une réussite ?

/
salvador bitcoin chute

Selon une étude, plus de 75% des personnes interrogées ont déclaré n’avoir jamais utilisé de crypto-monnaie en 2022, tandis qu’El Salvador a adopté le Bitcoin comme monnaie légale il y a un an.

Bitcoin : actuellement un échec au Salvador

Le 7 septembre 2021, El Salvador, par l’intermédiaire de son président Nayib Bukele, est devenu le premier État à reconnaître le Bitcoin comme monnaie légale en plus du dollar américain. Par conséquent, les commerçants, les restaurants, les entreprises et même le pays doivent désormais l’accepter comme moyen de paiement.

Un petit nombre d’El Salvadoriens utilisent le bitcoin, dont le prix est en baisse. Les habitants du pays considèrent le pari du président Nayib Bukele comme « raté », selon une enquête universitaire publiée mardi.

Le bitcoin “est la mesure la plus impopulaire du gouvernement, la plus critiquée et la plus mal appréciée”, a déclaré le recteur de l’UCA, Andreu Oliva, commentant les résultats de l’étude.

Environ 75,6% des répondants au sondage mené par l’Université jésuite d’Amérique centrale (UCA) ont déclaré qu’ils n’avaient jamais utilisé la crypto-monnaie en 2022, et 77% pensent que l’adoption comme monnaie fiduciaire avec le dollar américain il y a 14 mois est un échec.

La chute des crypto-actifs n’a pas aidé

L’objectif à l’époque était d’encourager les envois de fonds vers El Salvador, en particulier des exilés aux États-Unis. Cela représenterait plus de 23% du produit intérieur brut du Salvador, soit environ 5 milliards d’euros, selon Reuters.

Mais selon les données de la banque centrale d’El Salvador début septembre, un an après le lancement du bitcoin, “moins de 2%” des envois de fonds des migrants sont effectués via des crypto-monnaies.

Cependant, c’était sans compter sur la volatilité ou la vulnérabilité de la crypto-monnaie. En fait, lorsque ces mesures ont été prises, le Bitcoin valait environ 45 000 $ et est même monté jusqu’à 68 000 $. Actuellement, Bitcoin est retombé à environ 20 000 dollars, ce qui a retardé de nombreux projets que le président voulait mettre en œuvre.

Profitant de la chute des prix, le président Bukele a acheté 80 bitcoins avec des fonds publics en juillet, portant les réserves totales d’El Salvador à 2 381 unités. Selon les recherches de l’UCA, 77% des Salvadoriens pensent que leur président “ne devrait pas continuer à dépenser des fonds publics pour Bitcoin”.

Laisser le temps de l’adoption

L’adoption du bitcoin par El Salvador a également donné des frissons aux grandes institutions mondiales telles que le Fonds monétaire international. El Salvador négocie en effet un prêt de 1,3 milliard de dollars avec les autorités monétaires, et le pays risque de faire défaut, avec une dette dépassant 80% du PIB. Le FMI n’est donc pas en mesure d’émettre des prêts pour le pays.

Cependant, les plans annoncés par El Salvador d’adopter le Bitcoin comme monnaie nationale ne peuvent être considérés comme un échec dans les circonstances actuelles.

Certes, le timing n’a pas été des plus clément, le Bitcoin a culminé aux alentours de 68 000$ en novembre 2021 et a depuis perdu plus de 70% de sa valeur (dernier cours autour de 19 300$ au 17 octobre 2022, près d’un an plus tard). De plus, un tel projet ne peut fonctionner et profiter au commerce international que s’il est copié, mais jusqu’à présent aucun autre pays n’a suivi la voie tracée par Nayib Bukélé.

Néanmoins, il convient de noter que les paiements Bitcoin peuvent être effectués aujourd’hui dans des hôtels en Thaïlande, chez McDonald’s à Lugano, en Suisse, chez les revendeurs LG en France et même dans certains endroits du monde. Il est trop tôt pour vérifier la démocratisation de cette révolution monétaire, mais il est trop tôt pour dire que c’est un échec.

Précédent

Quel apport est nécessaire pour acheter un logement en moment ?

Suivant

Marie-Anne Barbat-Layani : première femme présidente de l’AMF

Derniers articles de Crypto