Sam Bankman-Fried remis en liberté aux Etats-Unis

/
sam bankman fried

Le fondateur et ancien patron de la plateforme de trading de crypto-monnaie FTX a quitté les Bahamas mercredi soir. Jeudi, un juge fédéral de New York a accepté sa libération après avoir payé une lourde caution de 250 millions de dollars.

Une caution de 250 millions de dollars

Les choses s’accélèrent dans l’affaire FTX. Sam Bankman-Fried, le fondateur et ancien patron de la plateforme de trading de crypto-monnaie, a été extradé vers les États-Unis et traduit devant un juge de New York.

Ce dernier a accepté de libérer Sam Bankman-Fried moyennant une énorme caution de 250 millions de dollars.

Mercredi, “SBF” a “renoncé à son droit de contester son extradition vers les Etats-Unis”, ouvrant ainsi la voie à son départ des Bahamas. Possibilité de mise en œuvre rapidement par la justice bahamienne.

Les procureurs fédéraux de New York ont ​​accusé Sam Bankman-Fried, 30 ans, d’avoir détourné des milliards de dollars dans le cadre d’un stratagème visant à utiliser les fonds des clients de FTX pour rembourser des dettes et faire des investissements.

Sam Bankman-Fried, qui a été arrêté aux Bahamas ce mois-ci et extradé mercredi à la demande des autorités américaines, a reconnu par le passé des failles dans la gestion de FTX mais, selon lui, ces failles ne relèvent pas du droit pénal américain.

Durant son audience jeudi, il ne lui a pas été demandé de plaider coupable ou non. Son avocat, Mark Cohen, a refusé de commenter l’audience à la sortie devant le tribunal fédéral de Manhattan.

Le juge Gabriel Gorenstein a jugé jeudi que le risque que Bankman-Fried cherche à fuir est faible et qu’il ne constitue pas un danger public en matière de délits financiers. Jusqu’à sa condamnation, “SBF” devra vivre avec ses parents en Californie et porter un bracelet électronique.

Ses conditions de libération sous caution incluent le port d’un bracelet électronique et l’assignation à résidence au domicile de ses parents à Palo Alto, en Californie.

Pendant ce temps les clients ne récupéreront peut être jamais leur fonds

Lors de l’audience, il a exprimé le souhait “de s’assurer que les clients concernés récupèrent leur argent”, selon le Wall Street Journal.

Les procureurs fédéraux de Manhattan ont également déclaré mercredi que deux personnalités clés de l’affaire avaient été inculpées.

Ces dernières ont plaidé coupable et coopèrent avec le gouvernement, ce qui signifie qu’elles pourraient inculper Sam Bankman-Fried.

Il s’agit de Caroline Ellison, l’ancienne patronne d’Alameda Research, et de Gary Wang, le co-fondateur de FTX, qui sont accusés d’être “liés à leur rôle dans la fraude qui a conduit à l’effondrement de FTX”, a déclaré Damian Williams, sans donner plus de détails.

Tous deux ont été accusés de fraude, tandis que seule Caroline Ellison a été accusée d’association de malfaiteurs, selon le Wall Street Journal.

S’il était resté en garde à vue, Sam Bankman-Fried aurait dû être envoyé au Metropolitan Detention Center (MDC) de Brooklyn, qui a été condamné pour manque de personnel et problèmes de gestion des prisonniers.

Cinq des huit charges retenues contre lui sont passibles d’une peine maximale de 20 ans de prison.

Selon l’acte d’accusation, Alameda Research était la société utilisée par Sam Bankman-Fried pour effectuer des transactions risquées en utilisant des milliards de dollars de fonds déposés par des clients sur la plateforme FTX à leur insu.

Depuis la faillite de FTX le 11 novembre, Sam Bankman-Fried n’a cessé d’affirmer publiquement qu’il n’était plus à la tête d’Alameda Research depuis plusieurs mois, mettant indirectement en cause Caroline Ellison. L’accusation a contesté l’argument selon lequel “SBF” avait été le principal décideur à Alameda jusqu’à ce que FTX dépose son bilan.

Précédent

Les français ont perdu 20 m² de pouvoir d’achat immobilier en 20 ans !

Suivant

Inflation : en novembre la hausse des prix a ralenti mais le CAC 40 n’a pas réagi

Derniers articles de Crypto